Une fin d’année prélude à une fin de règne?

C‘est bien volontiers que nous sacrifions à la tradition et souhaitons à tous nos lecteurs une excellente nouvelle année, que cela soit sur le plan de la santé, familial ou professionnel.

Celle qui s‘achève dans notre bonne ville de Lorgues n‘a hélas pas eu l‘éclat que l‘on attend depuis trop longtemps. Ci-après un point des principaux évènements qui ont marqué le mois de décembre.

Nous commencerons par un Conseil Municipal (CM) – 18/12/2018 – bien terne. En préambule nous nous devons de souligner combien la sonorisation en était déficiente et que, contrairement à un passé récent, l’on se contente aujourd’hui de projeter le nom des points à traiter sans autre explication ou tableau. La préparation de ce qui devrait être le point fort de la démocratie est pour le moins bâclé, ce qui est peu digne d’un Maire, vice-Président de la CAD et Conseiller Régional…

Après nous avoir présenté le bilan de la C.A.D. pour l’année 2017 (!!!), notre Premier Magistrat eut bien du mal à trouver de quelle réalisation avait bien pu bénéficier Lorgues de la part de cet organisme communautaire… En désespoir de cause il a cité la déchèterie alors que celle-ci a été réalisée en 2018 !!! En comparaison des stades et autres centres nautiques que l’on a vu sortir de terre dans des communes qui sont parfois très loin d’avoir la taille de la nôtre, cela pose question. Le fait que le quotidien local n’aborde pas ce sujet dans son compte-rendu doit-il être considéré comme révélateur de ce qu’il vaut mieux ignorer plutôt que de n’en pouvoir souligner que la vacuité ?

Ainsi que nous l’avons souvent rapporté, le Budget Supplémentaire (BS) de la Commune n’a un intérêt que s’il permet de corriger pour le dernier trimestre des dépenses non prévues voire surestimées ou sous-estimées. Le présenter un 18 décembre n’a aucun sens et autant s’en passer puisque rien ne l’impose. Cette municipalité n’évoluera donc jamais ainsi que nous le prouve aussi l’éclairage des fêtes qui, bien qu’ayant démarré par l’installation de boules lumineuses très esthétiques s’est arrêté là, aussi indigent que l’année précédente.
Le seul point du CM qui aurait mérité un éclairage (!!!) particulier, lui, et que l’opposition s’est empressée de réclamer, c’est un budget du CCAS augmenté de façon très significative. Notre Premier Magistrat s’est alors lancé dans une explication très pertinente du style « cette augmentation n’est pas budgétisée », explication aussitôt contredite par M. Meyer qui en citait alors la ligne d’imputation au BS. Rien n’y fit, très satisfait ainsi que sa majorité sans doute pour avoir une fois de plus esquivé une question à laquelle tout responsable politique méritant ce nom aurait apporté une réponse claire, le Maire déclarait quelques points plus tard la séance terminée et chacun était alors renvoyé vers des sujets autrement plus importants telles les fêtes de fin d’année…

Autre évènement très médiatisé celui-ci, la réouverture de notre Collégiale après sept ans de fermeture. La présence de Monseigneur Dominique Rey, Évêque de Fréjus-Toulon ne changeait hélas rien au fait évident que les travaux de rénovation de ce bel édifice étaient très loin d’être achevés. Dévoiler en grande pompe une plaque apposée sur la façade du Monument n’y pouvait rien changer.
Voici une brève liste, vraisemblablement non exhaustive, des « pierres d’achoppement » qui concernent l’étendue de la tâche restant à accomplir :
-Tableaux et boiseries du chœur dont l’état est consternant n’ont pas été touchés.
-La rénovation des différents autels n’a pas été faite
-Le chauffage n’existe pas
-La sonorisation est déficiente
-Les bancs installés dont la teinte jure avec les magnifiques boiseries en chêne de Russie de la Chaire n’ont en aucune façon été traités
-La Sacristie est restée dans un état déplorable
Si l’on rajoute à cela que les escaliers d’accès au clocher et à l’orgue n’ont pas été non plus remis en état et que l’orgue elle-même a subi des dégâts très importants lors des travaux de rénovation de la nef, le bilan de cette municipalité ne peut, en la matière, qu’être qualifié de misérable. Ne manquant pas d’humour, ou est-ce de la dérision, notre cher Maire prévoit l’achèvement de tous ces travaux pour 2020 !!!
Qu’a-t-il fait depuis sept ans ? On est en droit de se le demander, d’autant plus que les diverses subventions obtenues n’ont laissé à la Commune qu’une somme ridicule à assumer car très étalée dans le temps.
Révélateur de la précipitation dans laquelle cette « inauguration » a été faite, les diverses associations participantes se sont vues imposer pour leur concert respectif une date qui était si proche qu’elle ne leur permettait en aucune manière de s’y préparer correctement.
Révélateur aussi des tensions qui règnent dans sa majorité, l’absence remarquée de certains de ses Adjoints les plus importants lors des différentes manifestations de cette fin d’année…

Ainsi en va-t-il sous le règne d’Alemagna. En dix ans, ses grands travaux n’ont concerné que les structures de la nef de la Collégiale, mais ils ont été conduits par d’autres. Tout ce qu’il aurait pu, en la matière, prévoir et planifier a été négligé et reste à l’état de projet pour le futur. On comprend que notre cher Maire n’ait jamais voulu se lancer dans le moindre projet important et structurant, il aurait été bien incapable de le concevoir et encore moins de le réaliser. Gageons cependant que l’édile lors de ses vœux traditionnels à la population lorguaise tentera de tirer ne serait-ce qu’une certaine gloriole, de la tâche accomplie en en décrivant le « gigantisme ».

Constatons simplement son incapacité à nous prouver une seule fois que nous nous trompons à son sujet. Décidément, en dehors de son manque de politesse voire de savoir-vivre à l’égard de ceux qui ne pensent pas comme lui, sa seule manière d’exister est soit l’agressivité dont il sait faire preuve lorsqu’il est incapable de répondre à une question, ou encore le fait d’affabuler comme lorsqu’il prétend que Lorgues à un endettement égal à zéro alors qu’il doit rembourser un prêt de plus de deux millions d’Euro qui concerne la nouvelle station d’épuration.

D’autres auraient sans aucun doute fait bien mieux mais, en ce début d’année, voyons sous les meilleurs auspices le futur de notre bonne ville car le voile qui cachait tous les défauts de sa cuirasse est aujourd’hui en lambeaux, le « roi » est nu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>