ELECTROCHOC

 » Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre « 
Voilà bien 2 ans qu’à plusieurs reprises des membres parmi les plus objectifs de ce Conseil essayent de tirer la sonnette d’alarme chaque fois qu’il y a « dérapage », qu’inconscient, Monsieur le Maire s’entête à perpétrer.
Sous le présomptueux prétexte qu’étant  » le Maire, je fais ce que je veux » et « vous n’y connaissez rien », il nous met, soit devant le fait accompli et nous devons nous plier, soit il ignore ou contredit les responsables à leur insu.
Les éléments compétents et perspicaces sont systématiquement évincés de peur que l’ombre portée ne ternisse son aura et que l’éventuel  » succès  » qu’ils pourraient tirer de leurs actions ne lui incombe pas exclusivement.
Dans le but d’éviter toutes contestations voire contradictions possibles, il s’entoure et n’écoute qu’une poignée d’opportunistes inaptes, plus préoccupés du standing et de la compensation financière que leur fonction leur procure, que d’une gestion saine et pérenne de la commune. En contrepartie, ils lui assurent le soutien inconditionnel qui le conforte dans sa conviction du bien-fondé de sa gouvernance.
La mégalomanie l’aveuglant, il ne fait plus que du clientélisme, son seul but étant le prochain scrutin.
« Gouverner, c’est prévoir » : Or, des décisions prises et concernant des opérations qui devaient assurer son prestige, nous ont conduits à l’obligation de faire des choix tardifs, très discutables et hélas irrévocables.
Ce ne sont ni les intempéries, ni la Collégiale qui ont mis les finances en péril et les postes qui bien qu’aléatoires, devraient pouvoir être assurés en permanence.
Nous devons malheureusement, du fait d’un manque évident de rigueur dans sa gestion, renoncer à ce qui aurait pu être la plus grande, réelle et utile réussite de cette mandature : la maison des Pères.
Il serait bon qu’il comprenne enfin – qu’il le veuille ou non – que, bien que Maire, ses colistiers sont coresponsables des deniers des contribuables. S’il y avait faillite, nous devrions en répondre conjointement.
Dans ces conditions, il est normal que nous ne puissions cautionner d’onéreuses fantaisies, ni des caprices de diva sur le plan financier, non plus qu’un comportement souvent inadapté en regard de sa fonction.
Si la loi a instauré un Conseil Municipal autour du Maire, c’est précisément pour le seconder, préconiser des alternatives et surtout pour lui adjoindre des complémentarités et des compétences qui pourraient lui faire défaut. Encore faut-il qu’il ait la sagesse d’écouter et de déléguer avec discernement, méthode… et une élémentaire courtoisie.
Les vindictes hystériques adressées pour insoumission ne sont pas de mise entre gens civilisés et à fortiori en démocratie.
Un Élu ne peut se transformer en despote qui, pour des raisons personnelles, instaure une autocratie dans une Commune. Ce n’est pas un jeu.
Inconscient des ravages qu’à plus ou moins brève échéance il ne va pas manquer de provoquer, il est de notre devoir de l’alerter ainsi que les électeurs, des dangers encourus.
Puisque précisément la lucidité n’est pas son point fort, il est à craindre qu’il niera en bloc ces évidences. Nous pourrions éventuellement avoir des doutes sur notre propre discernement si ses attitudes et agissements ne dérangeaient que quelques uns d’entre nous, mais c’est loin d’être le cas…
D’aucuns, il y a déjà longtemps, ont dénoncé ces faits et continuent à le faire mais plus discrètement maintenant, semblant par là s’en accommoder (par veulerie, faiblesse, intérêt ? certainement pas par loyauté !).
S’il se donnait la peine de raisonner avec bon sens, il pourrait entrevoir que des qualités humaines sont plus « payantes » pour asseoir sa renommée que la matérialisation d’utopiques et inutiles entreprises.
Savoir mener une équipe requiert à l’évidence un caractère bien trempé. La coordination de chacun des éléments, tout en laissant au chef une marge de manœuvre personnelle, relève d’un savoir-faire qui n’est pas donné à tout le monde.
En observant une élémentaire diplomatie, concertation et homogénéité, il formerait sans doute une EQUIPE dans laquelle chacun est responsable de ses actes au sein d’un groupe soudé. Ceci lui permettrait de se glorifier et d’être reconnu comme un bon « meneur d’hommes » qui, grâce à une organisation pointue, obtient des résultats positifs et résout les problèmes les plus complexes conduisant ainsi, aux yeux des électeurs, une politique efficace.
Ceci, alors, ne serait pas incompatible avec (quand les moyens le permettent) l’édification d’une fontaine de bon goût, de préférence esthétiquement réussie et correspondant au cadre et au caractère qui l’entourent !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>