Conseil municipal du 8 /12/2016…

Les Conseils Municipaux dans notre belle Commune de Lorgues se déroulent toujours de la même façon. La majorité ne joue qu‘en partie son rôle car, le passé nous l‘a prouvé, qu‘il soit nécessaire de voter en son âme et conscience ou pas, aucun des ses membres n‘est capable de s‘affranchir des directives du Maire. Celui-ci, personnalité omnipotente, règne en maître absolu et malheur à celui qui chercherait à lui tenir tête.
Ce soir-là lors de la présentation entre autres du Budget supplémentaire de la Commune, il se permettra de tancer un membre de l’opposition en affirmant à son égard « vous êtes dérangé » ou de traiter tel autre de « sournois » car le personnage en question aura eu l‘outrecuidance de souligner la logique idiote qui consiste, dans le cadre du budget communal, à mettre des sommes plus qu‘importantes en attente, alors que l‘on sait parfaitement qu‘elles ne serviront à rien. Ce procédé dure depuis des années comme on le lui fait remarquer? Qu‘à cela ne tienne « les autres font pareil…et nous faisons ainsi des économies« . L’absurdité d’une telle affirmation semble totalement lui échapper.
Le niveau d‘investissement est nul sur notre territoire « cela provient du fait que la situation économique est mauvaise« !!! Lui fait-on remarquer que la logique de la Communauté d‘Agglomération Dracénoise est radicalement à l‘inverse de celle poursuivie à Lorgues? Notre cher Maire répond, alors qu’il a lu pendant de longues minutes le rapport de la CAD et loué l’excellent niveau des investissements réalisés par celle-ci que cela n‘a rien à voir, en profitant pour jeter à la face de l‘intervenant qui a soulevé cette incohérence « qu‘il n‘y comprend rien“.
Nous savons depuis longtemps que notre édile n’en est pas à une palinodie près ainsi qu’il semblera le prouver ce soir là en fin de séance suite à une question posée par une conseillère municipale d’opposition, prenant ainsi dans sa réponse exactement le contre-pied d’une résolution votée par son groupe au Conseil Régional.                L’opposition lui faisant remarquer un peu plus tard que les dépenses de personnel explosent, « il s’agît de remplacer les personnels absents » ! Aucune mesure n’est prise pour lutter contre cet absentéisme qui non seulement provoque un surcroît de travail pour ceux qui assument leur tâche avec conscience mais, qui plus est, représente pour la Commune une dépense égale à l’augmentation des impôts locaux ! Seule la majorité votera la partie principale du Budget Supplémentaire de la Commune l’opposition marquant ainsi sa désapprobation d’un niveau d’investissement pratiquement égal à zéro.
Les budgets eau et pompes funèbres ne feront pas l’objet de discussions très animées, celui de l’assainissement par contre sera l’occasion pour le Maire de « noyer le poisson » dans de très hypothétiques bassins d’orage ou sur le remarquable fonctionnement de la nouvelle station d’épuration pour éviter de justifier la non destruction de l’ancienne célèbre par ses bouillons de culture, à diptères très virulents.                                                       Lors de la présentation des tarifs des services municipaux, une seule remarque concernant la nouvelle augmentation du prix du m³ à l’assainissement collectif, proche de 15 % tout de même.                                                                                                       Lecture ensuite du rapport d’activité de la C.A.D., ce sera le seul moment de la soirée ou l’ensemble des présents pourra, grâce à une succession de tableaux explicatifs projetés sur écran, comprendre réellement ce qui leur est dit. C’est aussi le seul exposé qui n’aura pas été préparé par l’équipe de la majorité. Gardons-nous bien d’y voir là une relation quelconque de cause en effet !!!                                                                                        Sur le sujet de la qualité des services publics, on constatera que le Maire est toujours dans l’incapacité totale de faire réaliser, comme il le devrait, les zones de protection des eaux. Parlant d’un empêchement dû à la route pour celle de la station de pompage de Sainte-Foy, il fera l’impasse sur celle de la Faou n’ayant là aucune excuse à invoquer.                                                                                                                             Deux acquisitions de la Commune dont l’une, la chapelle Saint-François sera l’occasion d’un vif échange entre édile et opposition qui s’étonnera, à très juste titre, qu’elle ait réalisé des travaux sur un édifice qui ne lui appartenait pas !!!                                                        La présentation ensuite, sans la moindre synthèse, de l’évolution des statuts de la C.A.D. n’était pas faite pour éveiller l’attention de l’assistance et le point suivant, le contrat de mixité sociale sujet important s’il en est, fut traité de la même façon. Aucune utilisation du vidéoprojecteur qui aurait peut-être participé à relancer l’intérêt de tous. Au bout de quelques instants chacun autour de la table se plongeait dans la lecture de différents documents semblant ne plus rien attendre des platitudes débitées sur un ton monocorde.                                                                                                                       Dans l’énoncé des décisions prises par le Maire rien, hormis l’engagement de quelques menus travaux.                                                                                                                      La soirée se terminait enfin sur le chapitre questions diverses qui a fait l’objet de notre publication du 11 décembre. Soirée bien terne, comme à l’habitude, et seulement égayée par l’obstination du premier magistrat à proclamer à tout bout de champ qu’un vote a été effectué à l’unanimité même si seule sa majorité s’est exprimée favorablement !!!
Une âme charitable pourrait peut-être lui suggérer que :                                               Caesar non supra grammaticos

lorguesnet.fr

Une réflexion au sujet de « Conseil municipal du 8 /12/2016… »

  1. Effectivement le Maire commet une erreur en parlant d’unanimité même lorsqu’il y a des abstentions lors des votes.( voir ci-dessous)
    Question écrite n° 20753, Assemblée nationale, JO 5 février 1990
    « Les textes législatifs relatifs à l’adoption des délibérations des conseils municipaux, des conseils généraux et des conseils régionaux ne donnent pas de définition de la notion d’unanimité. Ils disposent seulement que les délibérations sont prises à la majorité absolue des suffrages exprimés, aussi bien pour le conseil municipal (art. L. 121-12 du Code des communes) …etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>