Conseil municipal…suite et fin

Deuxième partie.

Un peu plus loin, autre convention à signer avec l’association Sendra qui permettra de débroussailler la forêt communale à un tarif très avantageux. Seul hic, cette convention prévue pour une durée de huit semaines, attend depuis le mois de janvier sa signature. N’étant valable que pour l’année 2015, on se demande bien quand elle va pouvoir entrer en vigueur. Les explications fournies, par l’Adjoint à la Sécurité, aussi sommaires que peu crédibles, restrictions budgétaires (coût 9000 Euros!!), accords très longs à trouver avec le centre pénitentiaire qui doit fournir le personnel (cela se fait depuis des années), ne satisfont bien évidemment personne.

Ensuite vient le tour de la convention à signer avec la S.P.A. et plus précisément avec son refuge de Flayosc. Là, on reste sur sa faim puisque les questions posées, qui auraient permis de voir quel est l’avantage que la commune tire de cette convention n’ont reçu aucune réponse chiffrée.

La vente d’un terrain (délaissé de voirie/Train des Pignes Ouest) à un particulier a révélé que le Maire ne savait pas où se trouvait la parcelle concernée discourant, suite à une remarque de l’opposition, sur un emplacement de parking qui n’est absolument pas en face du délaissé à traiter. Étant donné que, là non plus, aucun plan n’était présenté personne ne s’est rendu compte de la confusion… De tels manquements dans les présentations sont révélateurs du soin que l’on apporte à leurs préparations.

Comme on l’a vu dans le point traité suivant, lentement mais sûrement l’affaire du chemin des « Girards » arrive à sa conclusion. On a parlé de la vente et de l’achat de terrains pour finaliser la chose. L’édile a prétendu, une fois de plus agir dans l’intérêt général. On ne voit vraiment pas quel intérêt pourrait avoir la commune à troquer une route d’environ 400 M de long, parfaitement goudronnée, plate, équipée de bouches à incendie contre un chemin en terre battue d’une longueur de près du double, à très forte déclivité, raviné à chaque pluie et que l’on ne peut emprunter qu’avec un véhicule ayant une bonne garde au sol !!! C’est pourtant cet échange que la majorité regroupée autour du Maire a accepté les yeux fermés semble-t-il. Citons le courage (!!) du représentant de la liste « Arc En Ciel » qui lors du vote s’est abstenu, lui, contrairement aux autres représentants de l’opposition. On nous permettra de penser qu’aucun de ceux qui ont accepté cet échange plus que surprenant ne s’est rendu sur place récemment.
Suite à une nouvelle remarque de l’opposition, le Maire a prétendu qu’il procédait là de la même façon que sur le Chemin du Train des Pignes Ouest ! C’est aller un peu fort en besogne puisque dans le premier cas la bande de terrain est vendue par la commune à un particulier, donc opération entièrement bénéficiaire alors que dans l’autre il nous en coûtera très cher pour mettre ce chemin en terre dans le même état que la portion de route abandonnée à un propriétaire. Confronté à cela et selon une logique toujours aussi désespérante, la réponse de l’élu fut du style : « nous le ferons en régie, (sous-entendu) ce qui ne nous coûtera rien ». À partir du moment où l’on ose avancer que l’heure de l’employé ou des engins municipaux ne coûte rien, pourquoi se gêner !!! C’est sans doute ce que, dans notre bonne ville de Lorgues, l’on considère comme l’Alpha et l’Oméga de la bonne gestion des deniers du peuple.

Les décisions du Maire, ensuite, n’ont pas fait l’objet de beaucoup de remarques.
Il s’est cependant félicité des économies réalisées pour les « décorations de Noël ». Contrairement aux années précédentes, on a simplement loué celles-ci (9000 Euros) en faisant procéder à leur installation par une équipe municipale. Les heures de travail personnel/véhicules/engins de la commune, n’étant en aucune façon comptabilisées, comment savoir quelle est la somme effectivement dépensée et par là l’épargne réalisée. Mais nous oubliions, les travaux en régie ne nous coûtent rien…

Les questions diverses venaient clôturer la soirée :                                                               1/ Chemin de La Martinette ? « Rien de nouveau, mais l’on procèdera comme pour le Chemin des Girards dans l’intérêt de la commune ».
2/ Où en est l’étude sur l’accessibilité aux bâtiments et édifices communaux ? La C.A.D. se charge du diagnostic …
3/ Les pénalités au sujet des logements sociaux ? Charge du Maire contre le Gouvernement, le Préfet, enfin tous ceux qui soulignent notre carence en la matière. « Pourquoi notre commune est-elle visée alors que d’autres ont été épargnées ? »  NB:Même si l’on est en droit de considérer que les exigences gouvernementales sont, en la matière, tout à fait irréalistes, un petit effort nous aurait peut-être évité d’être sanctionnés. On prétend aller chercher la solution dans le jugement d’un Tribunal Administratif ou devant le Conseil d’État ! Beaucoup d’effets de manche pour pas grand-chose sans doute.
4/Où en sont les études sur les économies d’énergie ? Ne se souvenant sans doute plus avoir dit, lors d’une question précédente sur le même sujet, qu’elles étaient en cours, le Maire répond qu’elles sont inutiles car « l’on sait ce qu’il faut faire » et que « de toute façon, tout augmente pour chacun d’entre nous »…

La soirée aurait pu se terminer sur une remarque ou réponse un peu plus pertinente mais, en ce qui concerne notre Maire, nous lui concédons une fois de plus: « Ad impossibilia nemo tenetur - À l’impossible nul n’est tenu. »

A noter, que le compte-rendu du correspondant local de V-M ne rend bien sûr absolument pas compte de toutes les anomalies que nous avons soulignées. KP succède à BD, sans plus d’objectivité. Pour l’intérêt de la presse papier, on ne peut que le regretter…

lorguesnet.fr

3 réflexions au sujet de « Conseil municipal…suite et fin »

  1. Affligeant! L’envie de me pencher sur une compréhension approfondie de toutes ces élucubrations abracabrantesques ou si vous préférez alemagnesque, ne m’effleure même pas. .
    Que font l’opposition et le préfet à propos de toutes ces violations des règles élémentaires régissant les bases de l’administration de la France. Pour le préfet, nous pénaliser financièrement en raison des carences liées aux logements sociaux semble être le principal objectif!!!! C’est, hélas, révélateur de l’état d’esprit de nos dirigeants…

  2. Encore à la limite de l’inacceptable, en deçà du tolérable et toujours aussi odieux, l’Homme essaie tant bien que mal d’imposer « sa » politique, pour « la politique » et « sa gérance » pour une gérance adéquate maitrisée et sans alternative.
    Quelle constante de la contenance dans la durée ! Le comportement ne varie décidément pas d’un jota…N’y a t-il pas un dit-on évoquant une histoire de vessies et de lanternes ?

Répondre à FOGI Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>