Communes carencées…

L’étau se resserre ….
Ce 26 octobre, le premier ministre a rendu publique dans un rapport « La République en Actes » la liste des 36 communes de France dont les maires ne respectent pas la loi SRU.
Evidemment, Lorgues est citée puisque M.Alemagna n’a pas  réalisé les obligations en matière de construction  prévue par la loi » Solidarité Renouvellement Urbain ».(page46) , ce qui devrait se traduire par le fait que l’Etat  se substituera à la commune pour la réalisation des logements sociaux obligatoires.Le préfet pouvant imposer  le lieu de construction et délivrer des permis de construire en lieu et place du Maire.                                                Le Préfet doit donc proposer au Maire de signer avec l’Etat un contrat de mixité sociale avant la fin de l’année 2015.En cas de refus des moyens coercitifs seront mis en œuvre( page 44).

lorguesnet.fr

 

 

3 réflexions au sujet de « Communes carencées… »

  1. Lors du conseil municipal de septembre le maire a parlé de modification du plan d’occupation des sols, pour construire des logements, mais il a oublié de dire que c’est le préfet qui a préempté… de plus il qualifie la loi SRU d’inique puisqu’elle oblige de réaliser des logements sociaux sous peine de devoir payer des amendes, mais pas pour tout le monde, puisque que des villes dirigées par ses amis politiques de Nice et Toulon avaient obtenu sur décisions préfectorales de ne pas payer les pénalités.
    http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.rue89.com%2Fmarseille%2F2008%2F09%2F25%2Flogement-social-la-cote-dazur-echappe-aux-sanctions

  2. Concernant Nice et la Métropole NCA, il y a de nombreux programmes qui incluent une partie importante (de l’ordre de 30 à 35/100) de logements sociaux. Sous cette appellation certains pour la location et d’autres en location achat (très intéressant pour les jeunes actifs accédant). On ne peut pas faire la comparaison et si les municipalités de Nice et Toulon ont obtenu des dispenses de pénalités c’est parce que chaque année ils programment via les organismes d’habitat social ou imposent aux promoteurs privés des logements. Ils tendent ainsi à réduire leur déficit en la matière même si les quotas, imposés par la loi scélérate, ne sont pas atteints. A Lorgues les choses ne sont pas telles car nous avions un déficit important et on n’a rien fait pendant des années. En même temps, les villas poussent comme des champignons…Ce n’est pas le Redonne qui peut nous faire rattraper ce retard.
    Mais, au risque de défendre le Maire, allez donc demander à chacun d’entre nous dans les quartiers si nous aimerions des logements sociaux sous quelque forme que ce soit…Pour ma part, et j’ai posé la question autour de moi, C’EST NON! Raisons invoquées, valeur de l’immobilier qui baisserait, tranquillité mise en péril et sécurité….Alors j’en suis arrivé à la conclusion que finalement les pénalités tout le monde s’en fout!

  3. A propos de cette loi…
    Il semblerait que l’iniquité flagrante réside dans le fait de mettre au diapason mégapoles et villages appréciés et recherchés pour leur ruralité.
    Or, sans faire de l’édile communal un parangon de vertu et encore moins un politique doué d’une redoutable clairvoyance, il faut dénoncer l’absurdité de vouloir faire évoluer l’habitat sans discernement. Acte qui, si dans certains cas, semble partir d’un bon sentiment, mais dans d’autres s’avérera engendrer un résultat infiniment catastrophique.
    En ce qui nous concerne, si Lorgues était reconnu comme un creuset de richesses, un bassin d’emplois incontestable, cela se saurait…
    Il en résulte qu’accroitre la population n’en ferait qu’une ville dortoir de plus, abritant soit des chômeurs, soit des actifs tributaires d’un parc automobile peut enclin à résoudre les problèmes de pollution déjà existants.
    Ou pire encore, n’être qu’un nid favorable à une délinquance tant redoutée, incontournable dans de telles conditions.
    A moins que ce ne soit un moyen trouvé pour parquer les seniors, par ailleurs trop encombrants, dans des clapiers aménagés exclusivement pour eux.
    Auquel cas, il serait bon d’envisager dans le même temps, une augmentation significative de la surface du cimetière local existant…
    Soit de plein pied, soit en étages comme les parkings urbains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>