Impôts, la logique des nouveaux élus…

Ainsi qu’il fallait s’y attendre, après la C.A.D., c’est maintenant le Conseil Général, ou faudrait-il dire Départemental qui se jette sur le presse-citrons. Après une campagne morose où tous les sujets qui fâchent ont été soigneusement soit évités soit éludés, on ne sait d’ailleurs pas quelle est la façon la plus hypocrite de procéder, ne voilà-t-il pas que la seule solution trouvée pour combler les déficits est d’augmenter la pression fiscale. On avouera qu’en matière d’imagination la majorité départementale de droite n’a rien à envier au gouvernement. Comment peut-on critiquer notre Ministre des Finances alors que l’on utilise absolument les mêmes méthodes que lui ?

Que ce soit dans notre belle commune (dans un avenir très proche n’en doutons pas puisque notre Maire a déjà voté dans ce sens à la C.A.D.), à la Communauté d’Agglomération Dracénoise, ou encore au Département, tout est fait ou plutôt rien n’est fait pour engager des réformes, certes douloureuses, mais qu’il faut absolument mettre en œuvre dès le lendemain d’élections.

Le courage de nos chers élus se résume à une fuite en avant dans de nouvelles ponctions fiscales.

Que tout ce petit monde se rassure (à court terme) chaque élection voit augmenter la proportion de citoyens qui expriment leur désaccord, non pas en s’abstenant de voter, mais en votant de façon à faire trembler l’édifice soigneusement construit depuis plus de trente ans.

Arrivera le moment où tous ces « démocrates » se renverront une balle du style « À QUI LA FAUTE », mais il sera alors bien trop tard.

Ce jour là alors « vae victis » ! Malheureusement le dindon de la farce sera, une fois de plus, le Français moyen qui aura, lui, à essuyer les plâtres car ceux qui auraient dû prendre leur responsabilité la fuiront comme ils fuient aujourd’hui, sous de faux prétextes, la prise de mesures salutaires mais « oh » combien impopulaires.

lorguesnet.fr

7 réflexions au sujet de « Impôts, la logique des nouveaux élus… »

  1. Vous avez raison, d’après le journal la nouvelle majorité départementale connaissait les difficultés financières et elle n’a rien trouvé de mieux que d’augmenter les impôts.Comme l’écrivait si justement Alain Boyer dans Var Matin « il est facile pour les élus d’aller chercher la raison du désengagement de l’état pour justifier des hausses d’impôts…il y a des choix pour réduire les dépenses… augmenter les impôts reste un choix… »
    Le Var Mag, journal départemental, demeure muet sur les augmentations votées… mais nous apprend que notre élu cantonal avec ses 72 ans est le doyen de cette assemblée… Il aura fallu que j’aille sur le site Lorgues Bleu Marine pour avoir une idée de la « douloureuse » comme disait ma grand’mère.

  2. Il avait raison : « Le changement, c’est maintenant » !
    Avant, on parlait de taille, capitation, dixième, aides, banalités, casuel, champart, dîme, gabelle, minage, ou encore contribution foncière sur les biens fonciers, contribution mobilière sur le logement, contribution des patentes assise sur l’industrie et le commerce et même de contribution des portes et fenêtres…
    Chaque expression définissait clairement sa fonction, maintenant nous sommes beaucoup plus pudique, il ne faut pas agresser le contribuable, mieux vaut sournoisement se glisser derrière de fallacieux prétextes, comme on glisse la poussière sous le tapis…
    Il avait donc raison : les termes ont changés…

  3. Mais qu’est-ce qu’on pouvait faire….au deuxième tour des élections départementales ?
    Et c’est pas fini ….attendons 2017 et le choix corneillien (et néanmoins désespérant) nous guette!
    Il n’y a plus rien à espérer de ces gens là ni pondération, ni rationalité, encore moins réflexion, même pas des initiatives….
    Il reste que de plus en plus de français vivent sous le seuil de pauvreté et que s’ils continuent ainsi les couches moyennes de la société qui sont leur principale cible de prélèvement seront exangues. Le grand paradoxe est que ces couches moyennes sont aussi leurs électeurs.
    Ont-ils conscience de cela?
    On peut vraiment se le demander!
    Il se peut que nos édiles soient en train de scier la branche sur laquelle ils se sont assis.
    La leçon du 1er tour n’a pas été assez violente peut-être. C’est franchement désespérant….

  4. Et voilà, on s’y attendait. Que savent-ils faire d’autre?
    Et pour ce qui concerne nos bons samaritains de droite classique, ils ne trouvent pas assez de mots et de citations pour qualifier les baisses de dotations par le gouvernement de gauche. J’ai été particulièrement choqué par cet éditorial fantasmagorique de la revue municipale d’information, récemment distribué, où notre édile local, tel « Mme Irma » annonce avoir présagé et annoncé depuis quelques temps…La Crise!!!! Oui, oui, il l’avait prévu….Et maintenant, il la déplore…lui, l’éternelle victime…
    Il nous explique que grâce à son extra lucidité, sa gestion exemplaire et son entreprise de désendettement de la commune (si! si! véridique…il l’écrit…), la commune poursuit sa politique de travaux et de restauration de notre patrimoine…..
    « Alors là, Marius, tu y vas un peu fort! » aurait pu dire son père à notre « édile visionnaire » comme César à Marius dans la pièce du même nom !!! (Merci Mr Pagnol)
    Parce qu’il faut m’expliquer :
    – soit, on a désendetté la commune donc tout va bien et les petits aléas devraient se résorber ;
    – soit, « on va devoir se priver » et, comme par hasard, les premiers sacrifices seront en direction « des équipements qui permettent le confort sanitaire et la bonne éducation de nos enfants ». Un choix plus que contestable que chacun appréciera. En effet, plusieurs autres postes que j’appellerais «futiles » auraient pu raisonnablement être réduits.
    En l’occurrence, cette façon de sacrifier le confort et l’éducation de nos enfants, paraitra bien singulière aux parents et grands-parents que nous sommes. Bien peu d’entre nous, malgré la crise et ses difficultés financières afférentes, choisiraient constructions mémoriaux onéreux, frais de cérémonies et autres frais judiciaires au détriment du poste restaurant scolaire et mise aux normes des équipements sportifs…. Un choix qui n’engage que ceux qui le feront (ou l’ont déjà fait).
    De grâce, pas d’effet de manches et surtout pas d’excuses fallacieuses, ne cherchons pas un bouc émissaire. Le préfet, fût-il intransigeant, aux ordres d’un état qui nous pénalise et creuse des déficits abyssaux, agit de guerre lasse constatant les résistances répétitives des territoires à se plier aux lois applicables dans notre pays. Et en la matière, notre commune est particulièrement mal notée, PLU non réalisé et loin de l’être, retard abyssal en matière de logements sociaux, non-application de la loi Pinel sur l’occupation du domaine public et particulièrement les titulaires de baux commerciaux y recourant, etc…. J’ajouterais, qu’à l’évidence, nullement besoin de sortir de l’ENA pour imaginer que notre village n’est pas perçu, en préfecture, comme exemplaire de tempérance et modération !
    Alors inutile de faire un recours au Tribunal Administratif (quelques économies au passage!), il est avéré depuis longtemps que des pénalités sont appliquées au nom de la loi sur les logements sociaux, aussi ne faisons pas les étonnés lorsque le préfet met en place les sanctions… Nul doute que les mises en garde pédagogiques même non diffusées ont été nombreuses…Et les deux grands programmes de logements votés en catastrophe le 30 décembre dernier, n’ont pas été de nature à rassurer cet exécuteur de « loi inique ». Il soupçonna, peut-être à juste titre, « la supercherie » et ce vote in extrémis de programme immobilier social dans l’urgence n’ont pas suffi. Et voilà qu’il peut s’en féliciter au vu de l’annonce d’annulation d’une des ventes de terrain dans des conditions quelque peu nébuleuses…
    « Tel est pris qui voulait prendre »
    Alors si l’Etat est un « serpent qui se mord la queue…. »
    Nous pouvons bien prétendre que notre maire a découvert d’autres serpents à Lorgues : la crise, la baisse de la DGF, les pénalités du préfet qui repoussent aux calendes grecques la construction du restaurant scolaire, l’aménagement de l’ancien Castrum et le stade Turchi !!!
    Alors si, lui, le premier magistrat de la commune parait découvrir le phénomène aujourd’hui.
    Hélas, nous pauvres contribuables Lorguais, savons que ces serpents-là se mordent aussi la queue ! Et depuis bien longtemps !

  5. Aujourd’hui sur Var matin un article qui concerne la maire de Sanary!!!!
    Suite au refus d’obtempérer des policiers municipaux requis pour sortir deux conseillers municipaux quelque peu « virulents » lors d’un conseil municipal, celui-ci a décidé de désarmer sa police municipale.
    Cette histoire rebondit de manière magistrale et les conséquences sont inattendues. Imaginez, le préfet consulté sur le bien fondé de la demande du maire a eu l’impertinence de répondre non! Du coup le maire l’expédie au Tribunal administratif!
    Ça devrait rappeler des choses à certains!
    A propos l’étiquette du maire en question : divers droite ou UMP selon les circonstances!
    Quand je dis que ça rappellera des souvenirs à certains!
    Finalement notre maire n’est peut-être pas le pire…pauvre France quand même !

      • Et oui je pensais à lui mais à vrai dire je voulais le laisser vivre tranquille.
        Qu’est-ce qu’il doit apprécier de ne plus être confronté à cette faune malfaisante. Toujours, à nous, il nous manque pour sa sincérité courageuse et son refus des manigances scandaleuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>