Conseil Municipal…

Chassez le naturel, il revient au galop…

Certains espéraient sans doute que cette nouvelle mandature permettrait à l’édile de nous prouver qu’il connaît, au moins dans sa manière de se comporter avec les Conseillers Municipaux fussent-ils élus sur une autre liste que la sienne, le sens du mot                        « démocratie ».

Hélas, hélas, même si les objections formulées quant à sa façon de mener la politique municipale ne sont rien moins que pertinentes, elles lui déplaisent toujours autant.

Rendons-nous à l’évidence, peu importe la personnalité de celui ou celle qui les expriment, qu’il s’agisse de membres de l’opposition d’hier comme d’aujourd’hui voire même de ce que beaucoup appelaient lors de son premier mandat les « dissidents », la démesure des emportements du premier magistrat est toujours la même. On se souviendra d’ailleurs qu’il avait aimablement traités de « branches pourries » ceux qui avaient eu le culot de ne pas le suivre dans ses outrecuidances.

Rien n’a changé. Hier, le simple fait qu’une question l’importunait, suffisait pour déclencher la rage de celui qui, croyant ainsi faire preuve d’autorité, assénait alors des inexactitudes, s’enferrant dans des démonstrations plus farfelues les unes que les autres, allant même jusqu’à s’abstenir d’appliquer des décisions préfectorales.(ex: C.M. du 31 oct.2013)

Si donc, lors de ce dernier C.M. il a bien reproché à un Élu d’être à l’origine de feux de poubelles, (Lorgues bleu marine), il ne faut pas s’en étonner. L’avenir nous réserve encore bien des surprises venant de la part d’un Maire auquel seul le pouvoir importe. On est bien loin des déclarations débitées lors des réunions préparatoires à sa première élection. Il faut dire qu’à l’époque il était très élogieux envers cet agrégé qu’il présentait comme le fer de lance de son équipe en formation….( réunion publique à la petite salle François Mitterrand )

Si le monde et les temps changent, il n’en est pas de même à Lorgues, l’invective gratuite a encore de beaux jours devant elle.

lorguesnet.fr

3 réflexions au sujet de « Conseil Municipal… »

  1. Rien de surprenant dans cette attitude : ce n’est pas le changement de son entourage qui va faire disparaître la psychose galopante qui enflamme si inexorablement notre édile.
    Un psychopathe a le besoin pathologique de se défouler sur quelqu’un. C’est en cela qu’on le reconnait et l’agression sauvage, de préférence gratuite, est son principal moyen d’expression. Il prend ainsi conscience de la valeur qu’il se donne.
    Pour le maire, l’opposition qui fait office de souffre douleur, est pain béni !
    A chaque conseil il est garanti de l’avoir sous la main : bien pratique pour se défouler. Se rendre intéressant à n’importe quel prix : vilipender et agonir autrui fait parti de sa panoplie de preuves de son autorité.
    Ce n’est pas réellement sa faute : nous connaissions depuis beau temps son mental et l’avons élu malgré tout…Il faut bien être objectif !

  2. Il va falloir qu’un jour quelqu’un explique à notre édile que les attitudes et les pensées négatives se retournent contre leurs auteurs. Ces évènements révèlent une pathologie sévère.
    Seul un travail sur soi, important mais tellement utile, peut faire comprendre, accepter puis de réguler ces attitudes que certains pourraient qualifiés d’hystériques. Le chemin est long et difficile…
    Malheureusement, le poste qu’il occupe et sur lequel les Lorguais ont souhaité l’installer à nouveau, ne le situe pas dans un contexte favorable à l’amélioration de ces manifestations maladives.
    Il y a d’avantage à craindre d’une aggravation de son état que du contraire.
    Il reste la patience, cependant pas vraiment compatible avec l’état d’esprit des contribuables que nous sommes!
    Qui blâmer? Les électeurs imprudents, les provocateurs concourant pour le même poste ou les contribuables exaspérés?

  3. Il est tout de même troublant de constater que lorsque quelqu’un gène ce garçon, aujourd’hui maire, ses invectives se traduisent systématiquement par le reproche de faire flamber les poubelles !La « tac à tac à tic du gendarme » ou un tic nerveux ?Si la première fois les suspicions sur l’auteur de ces méfaits pouvaient être crédibles, maintenant il est plausible de se poser la question : ayant bien « fonctionné » une première fois pour jeter le discrédit sur quelqu’un, ne serait-on pas tenté de reprendre le même « truc » ?A qui profite le crime ? A celui qui n’est pas connu pour être un roublard fauteur de troubles ou à celui qui est prêt à tout et n’importe quoi pour se « victimiser » et se rendre intéressant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>