Conseil Municipal du 31 octobre 2013 (suite)…

Les Conseils Municipaux ne peuvent se dérouler à Lorgues que dans une atmosphère détestable et ne s’achever que dans les déclarations d’autosatisfaction du Maire.
Celui-ci, détenant le micro en dernier, peut alors asséner des contrevérités que s’empressent alors d’accepter bruyamment une catégorie de spectateurs qui ne peut imaginer une seconde que la façon péremptoire dont cela est fait l’est uniquement dans le but de bloquer toute tentative de réflexion ou d’analyse.

Ainsi du Conseil Municipal du 31 octobre 2013. L’entêtement dont a encore fait preuve le premier magistrat, son manque d’esprit de synthèse, sont révélateurs de son impréparation d’une séance de l’importance telle que celle de la présentation du budget supplémentaire de la Commune.

M. PERRIN quitte la salle, après avoir rappelé au Maire qu’il agît ainsi car ce dernier n’a pas respecté les obligations qui sont les siennes en ce qui concerne la loi où la tenue de ses propres promesses. Ce dernier se permet après l’intervention suivante faite par Mme GRANADO d’émettre cet avis particulièrement attristant pour un Maire : « Je fais ce que je veux » et se montre alors surpris que cette Conseillère Municipale, devant un tel déni de démocratie, décide aussi d’abandonner les lieux.

L’opposition, confrontée au même problème, prend alors la même décision et prend la direction de la sortie.

Le Maire ne peut ensuite que faire le constat de son impuissance lorsqu’il se retrouve privé du quorum indispensable pour pouvoir délibérer. Il se lance alors dans un discours du genre « les lorguais s’en souviendront,…..vous fuyez vos responsabilités » et rajoute un argument massue : « Je n’aurai plus besoin de quorum à la prochaine séance du Conseil » s’asseyant par là, une fois de plus, sur les fondements de notre démocratie.

Toute analyse quelque peu objective devrait montrer à celui qui se prétend Premier Magistrat de la Commune qu’il n’honore pas sa charge en tenant de tels discours et en ayant une telle attitude. Mais hélas, conforté en cela par une assistance cependant de plus en plus clairsemée, il ne peut envisager une seconde être lui-même la source de ses propres ennuis.

Suite dans une prochaine séance très proche que l’on n’ose plus espérer sereine quant à son déroulement.

lorguesnet.fr

Une réflexion au sujet de « Conseil Municipal du 31 octobre 2013 (suite)… »

  1. Les armes fatales : encore et toujours…
    Pas facile de justifier une incapacité à gérer ses propres perturbations mentales comme son addiction à la vindicte et son agressivité chronique !
    C’est un extrême désarroi qui doit pousser le maire à brandir les arguments massues et pour lui suprêmes : « les Lorguais s’en souviendront » et « je fais ce que je veux ».
    Pauvre stratégie, triste politique qui au reste, n’en n’étant pas une, devrait plutôt en évoquer une totalement exclue de son fonctionnement puisqu’il en ignore jusqu’au terme réel.
    Il peut bien faire « ce qu’il veut », son artillerie est à double tranchant et pour reprendre son argutie de prédilection, effectivement : les Lorguais se souviendront… mais dans quel sens ?
    Certes, il s’ingénie à tempêter, à diviser pour régner espérant ainsi marquer son passage, mais le souvenir sera-t-il aussi positif qu’il le souhaite ?
    Pourvu que pour lui, ce ne soit pas celui d’un trublion vulgaire dont la seule activité aura été de mettre un village paisible, quasiment à feu et à sang !
    AC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>