Voeux du maire et de son Conseil Municipal suite n°3 et fin…

LE MYTHE DE LA TRAITRISE ET DU RESPECT DE LA PERSONNE

Lors d’interventions nombreuses, mais tout particulièrement lors de la dernière séance des vœux, notre Maire s’est ingénié à se présenter comme la victime de quelques « traitres » bien mal intentionnés. N’en déplaise à leurs détracteurs, lorsque l’on compare les promesses de campagne aux réalisations de ce jour, on ne peut que sourire en constatant qui s’est écarté de la ligne de conduite originelle et de ses principes. Qui plus est ces élus, jetés à la vindicte populaire, non contents de s’affranchir de la tutelle du premier d’entre eux du fait de ses agissements, refusent de démissionner de leur mandat. En cela, ils ne font cependant que respecter les électeurs et qui plus est peuvent ainsi apporter, quand nécessaire, une contradiction salutaire et indispensable face à l’ « omerta » des « fidèles » soutiens du Maire ou d’une presse bien trop partisane, ainsi que nous l’a prouvé le dernier compte-rendu sur le réaménagement du jardin de la Muscatelle. En effet, projeter de restructurer ce dernier n’est pas en soi à critiquer. Une fois de plus, c’est la manière employée et ses procédés expéditifs qui méritaient, eux, de l’être.

Lorsque l’on se targue de respecter les personnes, encore faut-il le prouver dans ses actes. La méthode à l’égard de ceux qui tombent en disgrâce, ne varie pas. Mise en œuvre dès la première Adjointe évincée, elle continue à être utilisée aujourd’hui.
« Qui veut se débarrasser de son chien le prétend touché par la rage ». Expliquons-nous. Les erreurs manifestes commises par les intéressés ou les « casseroles » étant très difficiles à trouver car inexistantes la plupart du temps, on répand des bruits ou plutôt des ragots propres à salir l’image du candidat poussé vers la sortie. La deuxième étape, encore plus sournoise elle, consiste à faire publier par des anonymes et sur un site Internet propriété d’un(e) très proche des écrits inqualifiables. On y transforme la simple vérité en la manipulant tout en prétendant défendre par là la veuve et l’orphelin. On veut prouver aux yeux du monde comment la collectivité ne peut que profiter d’avoir vu écarté du centre de décision communal, quelqu’un de néfaste. On souligne même un soi-disant manque de courage de leur part, alors que soi-même on se dissimule ainsi dans l’ombre de ceux qui bénéficient de l’incognito du vecteur qu’est Internet!!!!! Avantage non négligeable de cette façon d’agir, on n’est pas directement impliqué dans l’affaire. Le jour où tout cela vient à la surface, on jure alors ses grands dieux que l’on n’est en rien responsable de tels agissements, et on s’empresse de s’éloigner très vite des quelques « lampistes » que l’on abandonne alors à leur triste sort et face à leurs responsabilités. A leur décharge, l’aveuglement de ces laissés pour compte est leur seule excuse car laisser publier de telles insanités ne peut que les rabaisser au même niveau. Les mêmes, qui prétendent donc vouloir donner des leçons d’humanisme ne peuvent que s’attirer des rires sarcastiques en retour.

On l’a vu lors du dernier discours au cours duquel l’invective et les fausses affirmations revenaient sans cesse au détriment de propos qui auraient dû être dignes d’un tel soir.

L’aigreur jaillit à chaque instant. Ainsi, exemple parmi tant d’autres, on parle de la réalisation future par le Conseil Général d’un rond-point. On mentionne et remercie alors un fonctionnaire à la retraite pour sa présence, mais on n’a pas l’élégance de saluer celle du Conseiller Général du Canton de Lorgues. A noter que l’on n’expliquera ni n’excusera pas plus, l’absence du Député de la Circonscription.

Pour conclure, que penser de l’affirmation « nous n’augmentons pas vos impôts » ? Nous ne pourrons que conseiller à ceux qui le pensent de se munir de leur dernière feuille d’impôts locaux et de la comparer à celle de ces quatre dernières années……….
En effet, maintenir la même pression fiscale signifierait que la Commune devrait baisser ses taux, chose qu’elle ne fait jamais.

Où sont les transformations promises de Lorgues, où sont les actions bénéfiques à l’économie de notre cité? De quelles améliorations parler au cœur de la vieille ville? Que peut-on citer comme exemple à suivre dans la façon de gérer les personnels ? Quand prouve-t-on par ses actes que dialogue et respect des gens existent bien?

L’écart est de plus en plus important entre discours et réalité et nous nous efforcerons, dans les mois qui viennent, de continuer à le démontrer.

lorguesnet.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>