Conseillers: mode d’emploi

Quand un membre de son conseil par assiduité, efficacité et compétence dans la tâche qui lui incombe, devient gênant du fait du risque d’une ombre portée, voire suspecté de vouloir tirer la couverture, il est de facto condamné jusqu’à ce que mort s’en suive à l’usure par l’échevin Lorguais.
Tous ceux qui ont été amené à donner leur démission ont fait pareillement les frais de l’opération et sont là pour le prouver.
La tactique est similaire dans chaque cas : Le procédé consiste à « doubler » le responsable en diligentant systématiquement un lampiste quelconque en son lieu et place.
Ne le tenir informé de rien, lui cacher des décisions prises pour lui et ce, jusqu’à écœurement total du banni.
Les malversations, vexations en tous genres pleuvent alors sur lui. Les mesquineries aussi : comme annuler la carte Sim de son portable mairie sans l’en informer, retirer sournoisement son adresse des envois collectifs, etc.…etc.…
Il faut savoir que le rôle imparti aux conseillers doit être celui de potiche-écran pour permettre au satrape Lorguais d’agir selon ses seuls désidératas.
Leurs différentes activités bien que déclarées, se bornent en réalité à cette unique fonction, quand ce n’est pas celle d’approuver systématiquement la parole qui ne peut être que d’or et applaudir des deux mains avec vigueur.
Le dernier exemple en date étant celui de faire voter par les conseillers une motion élaborée en termes contraires aux attendus d’un tribunal *.
En conséquence, le degré de « fidélité » au suzerain serait fonction de la souplesse à se plier et se répandre jusqu’à l’état de wassingue.
Les « douteux » ou carrément hostiles à cette politique étant désormais écartés : il n’y a plus rien à craindre de ceux qui restent et qui sont prêts à plier encore plus bas  pour demeurer céans…
Il peut dormir tranquille, nul fâcheux ne l’importunera plus avec des excès de conscience inconsidérés.

* L’élémentaire honnêteté aurait exigé que le maire retranscrive dans sa motion les termes exacts des attendus du tribunal d’Aix en Provence et non de les transformer. Ce qui ne pouvait que provoquer, lors du dernier Conseil Municipal, l’inévitable pataquès ……à moins que par stratégie électoraliste il ait imaginé cette fourberie d’anatidé préfigurant sa future campagne municipale !

Lorgues.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>