Conseil Municipal…motion.

« La motion a été adoptée par 14 voix » (sur 29), furent les mots du maire en fin de séance.
Le premier magistrat venait d’exhorter les membres du conseil à entériner la mise en demeure adressée à l’une des leurs pour donner sa démission.
Si les raisons se justifiaient, en revanche, les arguments présentés dans le texte de la motion étaient erronés.
Contrairement à ce qui était avancé, la sentence rendue par le tribunal contre la conseillère incriminée n’a pas été alourdie mais allégée : la peine d’incarcération avec sursis étant commuée en amende. Ce qui représente une différence notoire.
La moindre des choses quand on veut incarner la justice, c’est d’être en phase avec la réalité des choses et la vérité la plus élémentaire.
La mauvaise foi flagrante du libellé proposé avait pour seul but d’influencer un vote en faveur des désidératas de l’édile.
Or si cette motion a été adoptée elle n’a pu donner lieu au suffrage de l’intégralité de l’assemblée. En effet, il est apparu à ses membres les plus lucides qu’ils ne pouvaient se prononcer sur un sujet dont les bases n’étaient pas conformes a l’arrêté du tribunal.

Ce n’est pas pour autant qu’ils vont à l’encontre d’une décision de justice. Leur abstention portait sur la forme et non sur le fond… On l’aura compris.

Toutefois, ce conseil ayant été suspendu par le départ d’une partie des élus, entraînant de fait l’absence de quorum, ce Conseil Municipal peut-il être considéré comme clos, le dernier paragraphe n’ayant pas été abordé ?
L’acharnement aveugle est souvent stérile…

lorguesnet.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>