Terrain synthétique et stade Turchi

L’implantation d’un terrain sportif synthétique était inscrite dans le programme électoral de la majorité, car il n’avait pu être budgété par la CAD sous la précédente magistrature lorguaise.
On ne peut que s’en féliciter, même si avant son inauguration quelques retombées néfastes du feu d’artifice municipal ont nécessité des réparations prises en charge (selon le Président de la C.A.D., M. Olivier AUDIBERT-TROIN, Député de la 8ième circonscription) par l’entreprise prestataire. Espérons que l’Adjoint à la culture, grand ordonnateur des réjouissances locales, sera à la hauteur pour ne pas rééditer l’année prochaine ce qu’il n’a su anticiper cette année (diriger c’est prévoir) se préservant ainsi de propos tenus par des détracteurs toujours prompts à réagir parait-il.
Aujourd’hui, cette réalisation va permettre une pratique sportive plus moderne que sur un terrain dit stabilisé comme celui du stade Turchi. Mais quel avenir va donc être réservé à cet espace ? Va-t-il rester terrain d’entraînement sportif ? Continuer à être utilisé par la cité scolaire ? Ou bien par la providence d’un PLU devenir une surface constructible pour logements sociaux ?
Tout peut-être envisagé. Souvenons-nous qu’en août 2008 déjà, M. Le Dr. Georges GROUILLER, premier adjoint au maire, signait sans concertation une déclaration d’autorisation prévoyant d’y implanter un relais téléphonique ce qui, car situé trop près de la crèche municipale, provoquait alors un tollé local.
La question mérite d’être posée. Aujourd’hui mal entretenu et quelque peu laissé à l’abandon, le stade Turchi commence à se couvrir d’une végétation sauvage, inappropriée à toute pratique sportive.
Laisser ce stade tomber ainsi en décrépitude peut-être également une manière de justifier son inadaptation…et permettre donc, dans l’esprit de certains décideurs, d’affecter cette surface à une toute autre destination.
Cette façon de procéder semble également s’appliquer à la Rue des Tuffs, dont le mur en piteux état ne fait l’objet d’aucun entretien. De même pourrions-nous citer le lavoir situé au sommet de l’Avenue Allongue qui, détérioré depuis qu’il a fait l’objet d’une tentative de démolition vite interrompue par la « bronca » de quelques riverains, est resté en l’état et n’a pas été remis en fonctionnement. La démarche intellectuelle consistant à laisser se dégrader une situation jusqu’à ce qu’elle devienne irréversible semble avoir de beaux jours sur notre Commune.

lorguesnet.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>