Suite au conseil municipal…..

Devant l’impossibilité d’assister à ce conseil municipal, nous renvoyons nos lecteurs sur une vidéo de la page « facebook » de Monsieur Formé au moment ou celui-ci s’exprime sur le précédent compte rendu du Conseil municipal:                                                             https://www.facebook.com/jeanbernard.forme.1/posts/1732624380242843

Monsieur Formé s’élève contre le fait qu’il lui est reproché d’avoir tenu des propos racistes. Il demande donc à différents conseillers présents, ainsi qu’à Madame Weckmann, secrétaire de la séance, s’il a effectivement tenu des propos racistes.   Devant leur silence, Monsieur Alemagna déclare le compte-rendu adopté.

Il faut donc en conclure deux raisons:                                                                           *Premièrement les propos racistes sont avérés et dans ce cas le maire, monsieur Alemagna aurait du poursuivre en justice monsieur Formé.                 *Deuxièmement, les propos racistes non pas été tenus, et dans ce cas, les élus sollicités auraient du avoir le courage d’adopter une décision formulée par monsieur Formé, à savoir ne pas adopter un compte-rendu mensonger.

Devant cet état de fait, se jugeant calomnié, Monsieur Formé devrait donc se tourner vers la justice pour faire modifier ou annuler ce compte-rendu.

Conseil municipal du 11décembre 2020

Ce conseil municipal annoncé Salle François Mitterrand s’est retrouvé une seconde fois sans spectateurs, c’est à dire à huis clos.

Pourtant sur l’affiche située dans le panneau d’affichage devant la mairie, aucune information ne stipule cette interdiction faite au citoyen lambda…pourquoi?

Notons que dans d’autres communes, les conseils municipaux se déroulent normalement avec la  présence de spectateurs…tout en appliquant les gestes barrière, ce qui permet de respecter les dispositions du Code Général des Collectivités Territoriales.

Mais à Lorgues !!!!!!

 

 

le 5 décembre 2020…

Contrairement à ce que voudrait le devoir de mémoire, l’édile a pris la décision de ne pas organiser cette année, la cérémonie du 5 décembre 2020. Journée nationale d’hommage aux morts pour la France lors de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

Un motif expliquant cette décision nous est donné: « De plus, lors du premier confinement, la cérémonie du 19 mars n’avait pu se tenir. C’est un peu aussi pour ça que M. Le Maire n’a pas souhaité de rassemblement, aussi minime soit-il pour cette date ».

La comparaison entre les deux commémorations ne se justifie pas pour deux raisons historiques. Commémorer la fin de la guerre d’Algérie, c’est aussi raconter l’histoire de cette tragédie :

*La date du 19 mars qui correspond à la signature des accords d’Evian qui stipulaient un arrêt total des combats, alors qu’après cette date nombre de soldats français ont été tués, que des civils et un grand nombre de harkis ont été assassinés.

« les accords d’Evian, voulus par le gouvernement français comme la solution du bon sens se révélèrent donc comme une utopie qui échoua à ramener une vraie paix en Algérie. »( Guy Pervillé )

*La date du 5 décembre instituée par le Président Jacques Chirac, qui aujourd’hui rend hommage aux 26165 militaires Morts pour la France en Afrique du Nord durant la Guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie correspond à la date de l’inauguration du mémorial situé quai Branly à Paris.

Sans comparaison aucune avec la commémoration du 11 novembre qui s’est tenue  monument aux morts, la même organisation pour cette commémoration le 5 décembre,en mémoire aux soldats tombés pour avoir répondu à l’appel sous les drapeaux, pouvait très bien être  organisée en comité restreint avec le respect des gestes barrière..