Vœux du Maire…suite n°2

Ainsi que l’on pouvait s’en douter (voir notre édito du 5 janvier), ce fameux discours des vœux a été un véritable morceau d’anthologie. On hésite quant au choix des qualificatifs à employer pour en parler au mieux. Affabulations, mythomanie, ou simplement vie en ignorance des problèmes auxquels se trouvent confrontés nos concitoyens dans notre belle commune ? Les quelques exemples ci-après devraient, sinon ramener les thuriféraires du Maire sur terre, au moins permettre de se remémorer les promesses jamais tenues en dix ans de mandat, en montrant combien est grande la distance qui sépare les discours de la réalité.

Premier point,  on nous dit que la suppression de la taxe d’habitation va réduire l’autonomie des communes. Même s’il paraît parfaitement impossible de supprimer un impôt sans en trouver aussitôt deux autres pour le remplacer, la principale perte d’autonomie provient bien évidemment de l’abandon par nos communes de toujours plus de compétences au profit d’une communauté d’agglomération impersonnelle. Les tâches de celle-ci deviennent de plus en plus nombreuses sans pour cela que nos chers Maires lèvent le plus petit doigt pour s’en indigner. Prochain sujet, l’abandon de la régie municipale en ce qui concerne la distribution d’eau potable et la gestion de notre assainissement ! Après les ordures ménagères, les permis de construire et bien d’autres sujets, à cette vitesse-là, dans quelques années les élus locaux se contenteront de célébrer des mariages et de se montrer aux enterrements pour faire bonne figure. Effet secondaire, le lorguais moyen n’aura plus aucun interlocuteur auquel s’adresser directement, il devra en passer par ces répondeurs totalement anonymes qui vous imposent de sélectionner un certain nombre de touches pendant de trop longues et exaspérantes minutes d’attente.

Deuxième point la cantine bio. On se retient pour ne pas rire aux éclats devant une telle proposition. On se demande bien comment un Maire qui est incapable de dire avec précision, lors d’une séance d’un Conseil Municipal, combien coûte un repas à la dite cantine, peut émettre pareille idée sans avoir fait la moindre étude sur son financement. Quant au problème du fermage pour obtenir des légumes en contrepartie, quel amateurisme !

Autre point, la publicité sur le bord des routes. « On ne peut plus laisser faire tout et n’importe quoi aux abords… » et notre édile de citer dans sa phrase suivante une réglementation nationale dont il dit lui-même qu’il ne la fait, ni respecter ni appliquer, mais veut en « pondre » une nouvelle avec la CAD. Le ridicule atteint là des sommets.

Point suivant, « la vieille ville me tient à cœur » ! Depuis dix ans, aucun projet d’envergure n’a été conduit sur le sujet. On s’est contenté de terminer les travaux initiés par la municipalité Mariani et de renvoyer d’année en année de soi-disant études dont pas la moindre ne semble avoir abouti ! Là aussi, le grotesque semble le disputer au burlesque. Il est d’ailleurs plus que significatif que le seul programme dont on nous parle soit celui, au PLU, d’exproprier des terrains par des emplacements réservés et ce, pour créer des parkings !!!

Continuons avec le stade Turchi, ou plutôt arrêtons-nous d’espérer y voir quoi que ce soit se réaliser dans un avenir proche.

Après cela, « la restauration de notre patrimoine ». Une petite lueur d’espoir bien vite éteinte telle une chandelle dans le mistral, puisque l’on « espère » la réouverture de la Collégiale pour la fin de l’année !

Enfin, la réalisation de programmes de logements dont notre cher Maire qui n’en est plus à une approximation près, parle comme si la Commune elle-même en était le maître d’œuvre ou voire d’ouvrage !

Enfin pierre angulaire d’un raisonnement dont on ne comprendra jamais la logique, on aborde les réalisations prévues aux abords ou sur l’emplacement de l’ancienne maison des pères assomptionnistes. C’est oublier bien vite que l’on a refusé de se saisir de cette pépite pour en faire LE projet d’au moins deux mandatures. On a par là abandonné la magnifique idée de la création, entre autres, d’un centre aéré préférant contraindre ainsi nos nombreux écoliers à rester enfermés dans la cour de leur école pour des activités ludiques. On rappellera cependant qu’en 2010 déjà, le Maire et ses Adjoints parlaient d’acquérir cet ensemble en des termes plus qu’élogieux, citons-en certains :
« Cette propriété va rentrer dans le patrimoine communal et ainsi augmenter la capacité d’accueil des services communaux ainsi que celui des associations locales…..le rez de chaussée accueillera dans un premier temps les enfants du centre d’accueil sans hébergement (ALSH) ».
Nous y ajouterons les propos tenus par le Maire lui-même la même année : »Le niveau d’investissement restera soutenu et sans excès, avec l’acquisition de la propriété des Pères Assomptionnistes située… dans un cadre idyllique. Un bâtiment en parfait état de conservation et d’entretien de 2300 m² de bâti sur un terrain de verdure de 2,2 hectares dont une partie en espace boisé classé qui fera la joie et le bonheur… des plus petits aux plus grands… »

Pouvions-nous rêver meilleure conclusion pour souligner combien les projets les plus sensés ont cédé devant le manque d’esprit d’entreprendre qui caractérise cet édile. Les affabulations ont pris le pas sur la marche en avant de la Commune et pour paraphraser un ineffable ministre de M. Mitterrand, Lorgues est passée de la lumière des propositions du programme de 2008 à l’ombre des reculades de 2018 !!! Pour combien de temps encore ???

lorguesnet.fr

Vœux du maire…suite

Lors de ses vœux, le maire a déclaré que face à l’agressivité des publicités, il ne  voulait  plus laisser faire n’importe quoi aux abords de notre ville historique… (var matin)

Ici même, en 2015 et 2017, nous avions déjà fait état du non respect du Grenelle de l’environnement dans notre commune, et rappelé que le maire s’était pourtant élevé contre les panneaux publicitaires à l’entrée de ville en 2008…
Depuis, le Décret n° 2012-118 du 30 janvier 2012 relatif à la publicité extérieure, aux enseignes et aux préenseignes, encadre et précise la mise en œuvre de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010.
Dix ans après , M.Alemagna déclare vouloir établir une réglementation en s’appuyant sur celle, nationale non appliquée, voire établir une charte avec la Dracénie !
On peut s’étonner aujourd’hui d’une telle déclaration puisque les textes législatifs existent concernant les installations de panneaux publicitaires. Elles sont soumises depuis le 21 septembre 2000 et 14 novembre 2004, suivant le code de l’environnement, à déclaration préalable pour avis auprès du Maire et du Préfet.  Quant au décret de 2012 il stipule que  » les règlements locaux de publicité, les adaptations communales des règles nationales, doivent être plus restrictifs que la règle nationale. Ils doivent être élaborés, révisés et modifiés selon les règles applicables aux plans locaux d’urbanisme. »

lorguesnet.fr

Vœux du maire…

Nous souhaitons bonne soirée à tous ceux qui tiennent absolument à participer au « combat devant le buffet froid » !

Il leur faudra cependant, toute peine méritant salaire, écouter auparavant une très longue litanie de réalisations mirifiques passées et à venir, assenées malgré des approximations évidentes avec une grande énergie.      

 Après dix ans de mandat,souvenons-nous de quelques-unes des promesses faites et non tenues par le candidat Alemagna:

  • Achat de la Maison des Pères (abandonné sous le faux prétexte de coûts dus au désamiantage alors qu’aujourd’hui de petites structures privées s’installent dans ce bâtiment sans avoir englouti les centaines de milliers d’Euros dont parlait un Maire qui n’a fait que reculer devant un magnifique projet, le sacrifiant ainsi sur l’autel de son incapacité à gérer de grands projets structurants.)
  • Aménagement d’une zone artisanale
  • Aménagement d’un nouveau Centre de Loisirs sans hébergement
  • Construction d’un nouveau groupe et d’un restaurant scolaires
  • Construction d’un parking Avenue des Quatre Pierres
  • Construction d’une nouvelle gendarmerie
  • Construction ou aménagement de la « piscine communautaire » (Vidauban a vu,elle, se réaliser un parc de loisirs intercommunal pour 3,5 M€)
  • Création d’une déchèterie qui n’existe que sur une vue d’artiste publiée dans la revue de la CAD (page 18)
  • Création de bâtiments municipaux destinés aux services techniques, personnel et matériel
  • Ouverture des services publics municipaux de l’état civil le samedi matin
  • Travaux de remise en état de tout le centre ancien ou Castrum, mais gageons que les élections prochaines vont voir apparaître un embryon de cette opération
  • Le jumelage avec une ville Européenne                                                                                                                                          Cette liste étant loin d’être complète, passons à quelques réalisations toujours vantées:
  • La station d’épuration.Sa création était imposée par  l’Etat
  • La Porte Tre Barri, menaçant de s’effondrer c’est contraint et forcé que l’on est intervenu
  • La Collégiale, là aussi le danger était tel qu’il a bien fallu se résoudre à engager des travaux très importants.Que l’on se rende compte après 5 ans qu’il faudrait peut-être s’occuper aussi des boiseries  et de l’orgue fait la démonstration de l’amateurisme avec lequel on a traité le sujet.                                                                

Pour terminer qu’il nous soit permis d’ajouter que malgré un budget excédentaire* les investissements réalisés par le maire ne permettent en aucun cas de sortir la commune de sa léthargie et ce, depuis 2008.

*Je laisse dans les caisses de la commune six millions d’euros! (notre projet 2014-2020 pour Lorgues)  » Interview réalisée par Gérard COURCIER ».