Conseil municipal 20 juin 2016

OÙ L’INFANTILISME PREND L’ASCENDANT SUR TOUT

Au programme de ce dernier Conseil Municipal (C.M. du 20.06.2016) le compte administratif et de gestion de la Commune. Venait s’y rajouter 4 points qui, eux, ne devaient pas poser le moindre problème.

C’était compter sans l’ingéniosité du Maire et de son Premier Adjoint qui allaient se livrer à une espèce de pièce dans laquelle le dindon de la farce n’est pas forcément celui que ces deux personnages avaient désigné par avance.

Ainsi qu’à l’accoutumée, il était tout d’abord traité du compte-rendu de la séance précédente. Comme on peut s’en douter car cela est devenu habituel, ce dernier n’était en rien empreint de l’honnêteté intellectuelle et de l’objectivité que l’on est en droit d’attendre. Étaient en effet complètement passés sous silence les violents incidents de séance qui en avaient perturbés le déroulement. M. Meyer (Tous pour Lorgues) tenait à préciser que si tout cela venait à se renouveler, son groupe quitterait le C.M. et M. Formé (Liste Bleu Marine) s’insurgeait du fait que les graves accusations orales qu’avaient formulé à son égard un élu de la majorité (M. Hery) ne figuraient en rien dans le document présenté à l’approbation du C.M.
Nous indiquerons au Maire qu’il peut aller lire les minutes de l’Assemblée Nationale où il pourra constater que toutes contiennent l’intégralité des échanges aussi violents soient-ils. Le fait de s’octroyer le droit d’omettre tout ce qui le gène ne le grandit pas forcément, mais à partir du moment où toute sa majorité accepte cet état de fait…
Nous préciserons donc que l’ensemble de l’opposition vota contre ce compte-rendu qui ne mérite en aucune façon cette appellation.

Suivait ensuite une présentation du compte administratif 2015 de la Commune, présentation toujours aussi mauvaise pédagogiquement parlant et c’est à la fin de ce monologue monocorde que l’on assistât à la représentation donnée par le Maire et son Premier Adjoint. L’opposition invitée à poser les questions et à s’exprimer sur le sujet, Mme Parodi (Tous pour Lorgues), dont les chiffres sont le métier, pris la parole en premier. On assista alors au spectacle incroyable d’un élu, Maire, président en titre d’un C.M. qui se leva et sortit de la salle, laissant la présidence momentanée du C.M. à son Premier Adjoint. Revenant quelques courts instants plus tard, on compris alors le subterfuge car il prétendit alors ne pas pouvoir répondre aux questions qu’ il n’avait pas entendues et son Adjoint lui, benoîtement et sans doute incapable de faire autre chose, faisait procéder au vote malgré les protestations de l’ensemble de l’opposition.
Ces deux personnages, foulant ainsi aux pieds la démocratie qu’ils prétendent vouloir défendre, n’expriment ainsi qu’une extrême puérilité ce qui ne devrait pas manquer d’interpeller cette majorité silencieuse. Cependant, en le restant, celle-ci s’identifie pleinement au mieux à ces querelleurs aux logiques infantiles ou fait peut-être même preuve elle-même d’un infantilisme navrant ou d’un suivisme qui a parfois conduit l’homme, comme au milieu du siècle dernier en Europe, à accepter l’inacceptable…

M. Formé se décida alors à quitter la salle, en n’omettant pas de préciser ne pas vouloir assister plus longtemps à pareille mascarade.

Devant cet état de fait et après une intervention de Meyer reprochant l’absence de réponse aux arguments et questions formulées par Mme Parodi, les représentants de « Tous pour lorgues »  choisirent de s’abstenir par la suite de tout commentaire. Ils ne prirent donc plus part aux votes concernant le compte administratif et cela au grand dam d’un maire qui aurait certainement été ravi d’essayer de ridiculiser, comme à son habitude, les intervenants allant même jusqu’à déclarer «  vous n’avez rien à dire ? moi je peux vous donner des exemples si vous le désirez… »
Vous avez dit « puéril » ???

Les différents articles du CA furent alors votés d’une seule main par la seule majorité avec comme seules abstentions celles de M. Balp (liste Arc-en-Ciel) qui se vit même reprocher son vote lors du budget sur l’eau , le maire lui demandant si son abstention était due au fait que l’eau ne serait pas bonne !!!

Les points suivants n’ayant rien à voir avec le compte administratif de la Commune, emplois jeunes, régularisation cadastrale,furent votés sans problème.
Lors de la désignation d’un représentant pour l’agence régionale de l’environnement concernant la restauration collective, M. Auguste (Tous pour Lorgues) tenta de faire remarquer que les dépôts des candidatures auraient dû se faire avant le 31 mai et celui des dossiers au plus tard le 10 juin !!!! Pour M. Alemagna cependant, tout est normal dans cette façon de procéder (???) allant même jusqu’à préciser sur le ton de la plaisanterie que voter un acte déjà pris permettait de »faire une surprise à l’opposition » . Le ridicule de ce type d’allégation ne semble en rien effleurer notre Maire.
Dernier point abordé et voté à l’unanimité, la convention Région-commune pour l’utilisation de locaux…

Que retenir de tout cela ? Toutes les remarques formulées par nos soins depuis des mois se vérifient chaque jour davantage. La majorité, dans son ensemble, semble être prise dans un tourbillon dont l’attraction est telle que tout jugement fondé ou avis pertinent apparaît être chaque jour un peu plus hors de sa portée. Elle accepte le ridicule de la situation sans jamais maugréer, l’intolérable ne l’effraie pas et elle semble même s’y complaire chaque jour davantage. Parmi eux cependant des personnes dont on pouvait penser que leur capacité d’analyse due à un passé d’enseignant, de militaire leur permettrait de s’élever au dessus d’une telle stérilité intellectuelle. Quelle déception, tout ce beau monde boira sans doute le calice jusqu’à la lie pour sombrer un jour pavillon haut en prétendant ne pas avoir compris où tout cela les conduirait…

lorguesnet.fr

Conseil municipal du 20 juin 2016

Un  grand moment de démocratie lorguaise…

Présentation du comte administratif...                                                                                                                                                       Y a-t-il des observations ?…
Le maire s’absente !…pourquoi? puisqu’il il ne s’agit pas du vote du C.A.)
Madame Parodi fait ses observations…
Le docteur Grouiller,1er adjoint ne sait que répondre  « merci Mme Parodi »…
Le maire revient… et sans répondre aux observations, passe à la question suivante…

Cet épisode « démocratique » amènera le représentant du groupe « Bleu marine » à quitter le Conseil Municipal, les représentants de la liste « Tous pour Lorgues »  de ne plus prendre part aux votes du C.A. et le représentant « Arc-en-ciel » à s’abstenir…

Notre  compte-rendu…à suivre prochainement.

lorguesnet.fr

Conseil municipal du 20 mai 2016

La sérénité aurait due être de mise lors de ce Conseil Municipal. Les délibérations prévues ce soir-là ne semblaient en effet présenter aucune « aspérité » susceptible de faire obstacle à un vote consensuel.

Une fois le C-R du précédent C.M. adopté malgré l’abstention de M. Balp et du vote contre des élus de la liste Bleu Marine, étaient abordées diverses demandes de subvention concernant la Collégiale puis traitées des régularisations à prendre au sujet de terrains municipaux occupés par des particuliers.
Venaient ensuite un bail pour la location d’un appartement communal d’une surface de 70 m² que nous considérons comme très généreux car ne s’élevant qu’à 300,00 Euro (!!!), la promotion d’un agent de la P.M. au grade de Brigadier Chef, l’étude par le SYMIELEC pour l’implantation de bornes de recharge pour véhicules électriques et, à la demande de la C.A.F, un accord municipal pour la création un local « parents-enfants ».Cette partie de la soirée s’achevait par le vote de l’accord du C.M. pour le rattachement de 4 communes à la CAD. On aura pu lire dans les journaux que cette dernière décision n’a pas l’air de vouloir se faire avec l’assentiment des élus des 4 communes en question qui ont une toute autre approche sur la question. Le Maire ayant par avance balayé, à son habitude, les avis divergents du sien sur le sujet en les qualifiant de « politiques », nous verrons comment évoluera la situation.

Lors des deux points suivants soumis à discussion, le calme relatif qui régnait dans cette assemblée communale, allait très rapidement subir quelques troubles.

De quoi s’agissait-il donc ? Des affichages et dépôts d’ordures sauvages.

Le vote des amendes envisagées à l’encontre des contrevenants vit l’ensemble de l’opposition s’abstenir.
En ce qui concerne les affichages, on sait bien que notre cher Maire qui a, selon la tête de liste Bleu Marine, toujours bien apprécié par le passé que cela se fasse au profit du candidat de son parti à la candidature suprême, semble ne pas apprécier du tout que l’on ait l’outrecuidance de prétendre continuer au bénéfice d’un parti qu’il abhorre ! Réflexion fut alors formulée par l’opposition Bleu Marine, M. Formé, que cette façon d’agir perdurerait aussi longtemps que le Maire ne respecterait pas l’obligation que lui fait la loi de mettre à disposition des panneaux de libre expression. M. Meyer, quant à lui, précisait alors combien lui paraissait difficile, voire impossible, de faire respecter par les communes une loi dont elles-mêmes s’affranchissent allègrement !!!

M. Formé jugeait alors fort à propos d’ajouter qu’il avait déjà été relaxé à ce sujet, reprochant qui plus est au Maire de faire supporter par les lorguais tous les frais de procédure, avocat compris, que ce dernier semblait s’ingénier à engager, malgré le peu de résultats que l’on pouvait attendre de telles démarches. Lors de cet échange, d’un niveau sonore ahurissant, un élu de la majorité, M. Hery pour ne pas le citer, crut très pertinent d’intervenir dans le débat en accusant M. Formé de « faire parti des cagoulés qui attaquent la police ». Mis à part le fait que cette répartie était totalement hors sujet, on ne voit pas très bien quelle mouche a bien pu piquer ce conseiller pour qu’il ose proférer de telles accusations. On peut se douter que ces excès devraient faire l’objet de poursuites.

En ce qui concerne les dépôts sauvages d’ordure si les élus dans leur unanimité approuvaient le fait de vouloir sévir à l’encontre des contrevenants, M. Meyer faisait remarquer que le manque de conteneurs appropriés et le fait qu’ils soient souvent situés d’une façon que l’on ne peut que qualifier de très peu judicieuse ne permettait pas aux usagers de les utiliser facilement. Compte tenu de la situation de la décharge actuelle (quai de transfert) de la route de Carcès, bien souvent inaccessible car surchargée et inadaptée aux personnes âgées et celles non motorisées, il conviendrait peut-être de revoir l’ensemble du dispositif. Pour toute réponse, l’Édile précisait alors que la future décharge prévue pour 2017 (fin d’année au mieux) devrait résoudre tous les problèmes. Et dans l’immédiat ???

Ce C. M. s’achevait d’une façon déplorable. L’ire à laquelle laissait libre cours notre Premier Magistrat suite à une question posée par la liste Bleu Marine réduisait alors à néant l’impression qu’avait pu laisser le déroulement du début de soirée. Face à ce spectacle plus qu’affligeant, Mme Parodi décidait de quitter la salle. Elle se vit alors invectiver par le Maire qui perdait toute mesure et, se mettant debout en entrant dans une de ses colères dont il a le secret, allait même jusqu’à accuser celle-ci d’être complice du F. N….

On ne peut comprendre qu’un personnage qui prétend représenter des électeurs puisse se laisser aller à de telles dérives comportementales. Il dévalorise par là au plus haut point la fonction qu’il prétend assumer. Ce type de réaction tend à nous prouver qu’il n’a pas la capacité de ses ambitions et l’on ne peut que se demander quelles peuvent être les raisons, autres que financières, qui lui imposent de tenter d’exister ainsi dans le domaine de la politique.
Mais ceci relève d’un tout autre niveau de réflexion sans doute hors de sa portée…

Restons, nous, calmes et gardons toujours à l’esprit que :

Lei pin fan pas de chichourlo. (Les pins ne font pas des jujubes)

Affichage libre…

Que dit la loi :
L’affichage libre était réglementé par la loi n° 79-1150 du 29 décembre 1979 et par le décret d’application n° 82-220 du 25 février 1982 ; il est actuellement régi par les articles L. 581-13, R. 581-2 et R. 581-3 du code de l’environnement. Les communes sont tenues d’informer les citoyens des emplacements d’expression libre disponibles sur leur territoire.
Cette règlementation stipule en particulier que toutes les communes françaises doivent disposer d’au moins :
• quatre mètres carrés d’affichage libre pour les communes de moins de 2 000 habitants ;
• quatre mètres carrés plus deux mètres carrés par tranche de 2 000 habitants au-delà de 2 000 habitants pour les communes de 2 000 à 10 000 habitants ;
• douze mètres carrés plus cinq mètres carrés par tranche de 10 000 habitants au-delà de 10 000 habitants pour les autres communes.

La législation précise que le ou les emplacements réservés à l’affichage d’opinion et à la publicité relative aux activités des associations sans but lucratif doivent être disposés de telle sorte que tout point situé en agglomération se trouve à moins d’un kilomètre de l’un au moins d’entre eux.
• En principe, ces emplacements d’affichage sous différentes formes, doivent être réservés aux associations ou à toute personne voulant passer une annonce gratuitement sans but lucratif ou commercial.
• Dans la plupart des communes, l’affichage d’opinion et des associations sans but lucratif est autorisé sur les palissades de chantier (Article L581-16 du Code de l’environnement).

*Si l’affichage sauvage est illégal et défigure la cité, Il est bon de rappeler également que  depuis le 13 juillet 2015 nos entrées de ville devraient connaître un tout autre visage. En effet, le Grenelle de l’environnement en matière d’affichage précisait bien que les panneaux publicitaires qui fleurissent à l’approche des localités devaient disparaître dans les 5 ans. (Loi promulguée le 3 août 2009 par Mr. Sarkozy )

lorguesnet.fr