Trêve des confiseurs…

Cette trêve, comme son nom l’indique, est une période au cours de laquelle le calme règne dans nos campagnes. Elle se termine cependant, et il nous semble opportun de revenir sur certaines des péripéties qui animent toujours notre bonne ville.

De façon à ne pas désorienter nos lecteurs, nous respecterons la chronologie des quelques évènements que nous voulons traiter.

Le premier concerne les extravagances du Premier Adjoint (on se demande d’ailleurs là si la majuscule est de rigueur!). Le silence étourdissant de la presse locale sur le sujet, alors que nous le rappellerons elle en a été informée, nous contraindrait presque à sacrifier à sa place au devoir d’information. Nous nous en dispenserons, car une remarque à ce propos nous est parvenue ( Cf. article « Rétropédalage », commentaire n° 3).

Le deuxième sujet concerne les « illuminations de Noël », qu’il faudrait peut-être requalifier en « clair/obscur ». Force est de constater que les rues et places de notre commune n’ont pas connu depuis des décennies une telle indigence en la matière. Que ne nous avait-on pas dit sur le sujet, félicitations aux conseillères municipales qui en ont été chargées, économies chiffrées à des centaines de milliers d’Euro grâce à l’acquisition d’une nacelle qui devait faciliter la mise en place de toutes ces décorations… Les quelques photos ci-dessous permettront sans doute à tous de faire la différence entre illuminations et « illuminés ».

Quant au troisième point c’est le constat que, quel que soit le sujet, l’impréparation de notre premier magistrat est aussi chronique qu’affligeante. Il s’agît de l’inauguration de la stèle dédiée à la Médaille Militaire et à tous ceux qui se sont vus décernés cette prestigieuse décoration pour action d’éclat, de bravoure ou de dévouement à notre patrie.
Lors des évènements climatiques de juin 2010 (!!!), le rond-point de la « Médaille Militaire » et le Boulevard Real Calamar avaient subi des dégâts importants. L’ancien monument avait été inauguré en son temps par M. Mariani alors Maire de Lorgues et était en piteux état depuis les travaux entrepris à cet emplacement. Un nouveau a donc dû être édifié, ce qui permettra aussi de rappeler que le nom de ce nœud routier d’entrée Est de la ville n’a absolument aucun rapport avec le puits que l’on ne peut qualifier de Provençal ou la cigale qui « décorent » le dit rond-point. Nous ne commenterons pas la vitesse à laquelle cette réalisation à été menée (2011-2016 !), pour ne nous soucier que des interventions qui ont été prononcées lors de cette inauguration devant une nombreuse assistance comptant dans ses rangs bien des représentants d’associations patriotiques.
Au cours de la première, le Président de la Section locale de la Société Nationale d’Entraide de la Médaille Militaire revenait entre autres sur l’histoire de cette décoration créée par Napoléon 3. Ce discours était empreint de la solennité indispensable à l’évènement.
Par contre, dès les premiers mots prononcés ensuite par notre Premier Magistrat, on se rendit compte de son impréparation et ce qui suivit ne fit que souligner la vacuité de son texte. Entouré comme il l’est par deux Adjoints et un Conseiller Municipal anciens militaires, ceci nous prouve une fois de plus qu’il préfère se fourvoyer dans son ignorance plutôt que de se tourner vers des gens qui possèdent le sujet et qui, sans aucun doute, auraient pu lui être d’un grand secours. Plein de redites, d’à peu près, très décousu, son discours n’aura en rien été, lui, à la hauteur de l’évènement ce que l’on ne peut que fortement regretter. Espérons qu’à la Région, il saura se pencher avec un peu plus de conscience sur les sujets qu’il aura à traiter mais, de la part d’un personnage aussi convaincu de sa propre omniscience, on ne peut qu’en douter…

Rétropédalage…

Après avoir donné une délégation à la Famille à Catherine Giner, Christian Estrosi, président de la Région Paca fait marche arrière.( la presse)

L’élue de « Les Républicains » Mme Catherine Giner, adjointe au maire de Marseille connue pour être anti-IVG et pro Manif pour tous, s’est vue retirée sa délégation à la Famille quatre jours après sa nomination et cela,sans doute à la suite des révélations de la presse. M.Christian Estrosi aurait déclaré ensuite que c’est lui et lui seul qui interviendra sur les sujets touchant à la famille.

Lors de sa campagne pour l’élection régionale M.Christian Estrosi avait tenté d’offrir à Mme Marion Maréchal- Le Pen un exemplaire du livre de Mme Simone Veil « Une vie » pour lui  reprocher de vouloir couper les subventions du planning familial.

On peut se demander comment un maire qui a été l’un des premiers à marier des personnes de même sexe ait pu nommer sa conseillère régionale déléguée à la famille et à l’intergénération sans tenir compte de ses antécédents avant d’effectuer un étonnant rétropédalage.

Catherine Giner qui s’est également fait connaître par des positions anti-réfugiés et justifiées par la bible a regretté amèrement la décision du président Estrosi mettant en avant sa loyauté politique. http://www.go-met.com/estrosi-paca-repartit-les-postes/

lorguesnet.fr

Les vœux du maire…

Des vœux très (trop?) conventionnels où une sorte « d’omerta » l’emporte sur la droiture et terrasse la simple réaction de bon sens que l’on était en droit d’attendre -

Ce soir là, la présence de nombreux élus, pas moins de trois Députés (!) ainsi que de nombreux Maires, semblait attester du besoin impératif qu’a notre édile de se voir soutenu.
Comme pour appuyer cette hypothèse, on notait d’ailleurs l’absence de dix Conseillers sur l’estrade où avait pris place le Conseil Municipal. La plus remarquée, était bien sûr celle du Premier Adjoint qui, après avoir fait une apparition dans la salle, avait sans doute jugé moins téméraire et surtout beaucoup plus opportun de disparaître ensuite très rapidement. On ne peut que supposer que cela a un rapport direct avec son inexcusable perte de contrôle lors du dernier Conseil Municipal.
Ainsi que l’on pouvait hélas s’y attendre, à aucun moment de son discours notre Maire ne revenait sur un évènement qui fait beaucoup jaser et qui devrait, selon toute vraisemblance, trouver son épilogue dans un prétoire. Il est plus que consternant que la presse locale, avertie des faits, s’obstine elle aussi à ne pas relater cet évènement. C’est dire la partialité qui règne dans un métier où le fil conducteur devrait être l’objectivité, tout spécialement dans la relation de séances publiques !!!

L’ensemble de cet exercice oratoire manquait comme toujours d’enthousiasme et d’allant. Peu de force de conviction, d’emphase, y compris lorsqu’étaient évoqués les épisodes douloureux que notre pays a connu en matière d’attentat terroriste. Reconnaissons que la performance est difficile et que n’est pas tribun qui veut.

Venait ensuite le passage obligatoire sur les pénalités subies par la Commune du fait de l’application de la loi S.R.U. Même s’il nous semble tout à fait illusoire et même contreproductif de voir se construire à Lorgues le nombre de logements sociaux imposés, nous rappellerons cependant que Lorgues est la seule Commune de la C.A.D. à n’en avoir construit aucun dans la période considérée 2011/2013. (Source : Liste des Communes carencées-Bilan au 15 avril 2015-Ministère du Logement). Si l’on rajoute à cela le fait que notre cher Maire a, au niveau de la C.A.D. (Bureau Communautaire), la responsabilité de l’habitat et de la politique de la ville cela ne nous rend que plus songeur…

Le P.L.U. était abordé pour nous parler de concertation alors que lors de la dernière réunion publique sur le sujet, il avait été précisé qu’il n’y avait pas lieu de faire de réunion de quartier (cf. notre c-r de l’époque « Le PLU Acte II » publié le 17.09.2015). Mise en place au printemps 2017. En l’état actuel de l’information dispensée, nous nous permettrons d’en douter.

Était ensuite citée une diminution de la délinquance de l’ordre de 70 %, et cela du fait de la vidéo-protection mise en place ! On est là très loin des bilans les plus sérieux en la matière et, une fois de plus, on ne peut s’empêcher de penser que la frontière entre désirs et réalité a été à nouveau, allègrement franchie.

L’emploi est soutenu, mais tout particulièrement sur la Commune des Arcs ainsi que l’on veut bien nous le préciser, et ce grâce au Parc logistique des Bréguières…

En ce qui concerne les projets futurs, l’on en connaît la plupart depuis le début du premier mandat. Pour peupler et permettre ainsi de s’en voir éventuellement attribuer la paternité, on va même jusqu’à parler de réalisations faites par d’autres tels les logements prévus au Real Calamar et aux Climènes. On re-parle de la déchetterie et d’une zone artisanale et on remet sur le tapis un centre technique municipal dont l’ombre erre depuis des décennies sur la commune, sa priorité n’étant qu’affaire d’élection malgré les oripeaux qui sont les siens depuis bien trop longtemps.

On termine évidemment par le chapitre vite bâclé élections régionales, sans aucune analyse après scrutin mais avec quelques remarques qui nous font sourire sur l’apport indéniable que va représenter pour notre commune l’élection de notre premier magistrat. Qu’il soit impossible pour quiconque de s’acquitter convenablement de la charge que représentent trois mandats n’émeut personne. Sur le sujet, l’exemple vient d’ailleurs d’en haut, c’est à dire du nouveau Président du Conseil Régional aujourd’hui à la tête d’un organisme dans lequel la sensibilité d’un pourcentage important de la population n’est même pas représentée…

Ajouter après cela « ma priorité c’est Lorgues et les Lorguais » peut presque passer pour de l’humour. Lorsqu’en plus on ose terminer sur une citation qui n’est qu’un emprunt déformé de l’original et si on complète le tableau en précisant que l’ordre du jour annoncé n’a, en rien, été respecté, cela nous permet de reprendre toute la mesure des qualités de l’orateur…

On aura soin de préciser que les applaudissements de la salle en fin d’exercice restent mesurés et que surtout, contrairement à l’habitude, l’élan pour y sacrifier debout est très loin des premières « messes » de la municipalité. Certain Conseiller important de la majorité, présent sur l’estrade et qui se reconnaîtra, restera d’ailleurs ostensiblement de marbre face à ces manifestations de soutien, ne jugeant en aucune façon utile d’y joindre ses propres applaudissements. Nous terminerons donc cet aperçu d’une soirée très traditionnelle sur cette remarque quelque peu interrogative quant à la signification à lui attribuer…

lorguesnet.fr

Paraphraser ou citer…

Avec une petite erreur d’orthographe dans le prénom de Bertolt Bretch,la journaliste de Var Matin n’a pas oublié (cette fois) de signaler que lors de ses voeux, M.Alemagna s’est risqué à glisser dans son discours une citation, encore aurait-il fallu qu’il le fasse convenablement.

Voici donc deux exemples de l’utilisation de la citation de Bertolt Brecht :
« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu »

1°)- Vœux pour l’année 2015 du maire de Sedan, M. Didier Herbillon:                   (http://www.sedan.fr/Discours_des_voeux_2015.pdf)                                                             « L’heure est au rassemblement, à l’audace, à l’action et à la solidarité. Car je vous le dis en paraphrasant Bertolt Brecht : en nous battant nous ne sommes pas sûrs de gagner, mais en ne nous battons pas nous avons déjà perdu ! Alors ensemble battons-nous pour créer les conditions d’un avenir plus radieux. »

2°)- Vœux pour l’année 2016 du maire de Lorgues, M.Claude Alemagna:                              ( enregistrement audio)
« L’heure est bien sur au rassemblement, à l’audace, à l’action et à la solidarité, car je vous le dis et je veux citer Bertolt Brecht : en nous battant nous ne sommes pas sûrs de gagner, mais si nous ne nous battons pas, nous avons beaucoup de chance de perdre ! Alors ensemble battons-nous pour créer les conditions d’un avenir plus radieux. »

Conclusion : Le maire de Sedan respecte bien l’utilisation d’une paraphrase, tandis que le maire de Lorgues ne respecte pas celle d’une citation.
De plus une année s’étant écoulée entre les deux allocutions et les phrases adjointes à la citation se ressemblant comme deux gouttes d’eau, faut-il y voir ce que l’on pourrait qualifier pudiquement d’étonnante coïncidence ?

lorguesnet.fr

A la manière…

…l’Os à moëlle du vendredi 5 mai 1939.

Au dire de toutes les compétences vraiment dignes de ce nom, lors du conseil municipal de la fin d’année 2015, le geste de M. le Dr Grouiller a provoqué dans la situation générale que nous connaissons le plus étonnant silence de ses collègues de la majorité sans oublier M. l’Officier d’Etat Civil et néanmoins maire.
Si la température politique demeure toujours anormale en cette saison, nous avons dû subir tout de même une absence d’information assourdissante qui a fait grand bruit, dans la presse locale ou plus précisément de sa journaliste qui semble souffrir d’une forme d’amnésie que notre Séraphin local nommait syndrome de Korsakoff, lorsque pour jouer les matamores, il en gratifiait son prédécesseur.
A ce propos, un de nos plus fidèles lecteurs, nous prie, en des termes choisis, de lui dire qui est ce M.Grouiller dont on parle sans arrêt depuis quelque temps:
« Ce que je ne puis m’expliquer, c’est que l’édile permette à cet individu de troubler la sérénité d’un conseil municipal en tenant son bras droit tendu vers le plafond au risque de se faire une élongation du biceps brachial, dans un geste interdit par l’Autriche dans sa constitution et en Allemagne par sa loi fondamentale. Sur le coup, j’ai pensé qu’en pleine assistance publique il jouait à « ainsi font-font-font les petites marionnettes ». J’avais déjà assisté à des animations guignolesques sous la précédente mandature, mais jamais à un tel niveau, mais il est vrai qu’au jour d’aujourd’hui tout va de mal en pis et que…etc. »
Nous partageons intégralement la manière de voir de notre vénérable lecteur dont nous tairons le nom afin que par ces temps d’hiver il ne soit pas pris en grippe et nous lui conseillons de rester bien au chaud, calé dans son fauteuil en regardant des vieux films tels que Papy fait de la résistance ou encore Docteur Folamour …il pourra rire sans crainte pour le plus grand bien du maintien légitime d’un état de chose que nous désirons meilleur que celui dans lequel il se trouvait avant d’être dans celui ou il est maintenant.

Toutes nos excuses à feu Pierre Dac, dont nous n’avons pas le talent.

Une prise de position plus qu’attendue

Au cours de ses vœux, souhaitons que le Maire revienne sur le sujet le plus évoqué par les Lorguais ces derniers jours. Nous voulons bien sûr parler de la conduite ahurissante qu’a eue son premier adjoint lors de la dernière séance du conseil municipal. S’il ne devait donc exaucer qu’un seul vœu de la population, il semble évident que ce devrait être celui là car il a nourri de trop nombreuses conversations pour que, dans son allocution, il puisse se permettre de faire l’impasse sur le sujet. En effet, voir le premier adjoint d’une commune, juger très opportun de faire le salut hitlérien, geste et parole, lors d’une intervention d’un conseiller municipal d’opposition est très loin d’être un acte anodin. Contre toute attente cependant, cela n’a pas fait la une des journaux. On peut donc considérer que la digne représentante de Var-Matin sur place a, soit fait l’objet de quelques « amicales » pressions, soit que l’on a jugé utile de jeter un voile sur cette affaire. Dans les deux cas, cela n’honore pas des «professionnels» de l’information.

Après son manque total de réaction le soir de l’évènement face à ce dérapage plus qu’anormal, espérons par contre que le Maire saura enfin se ressaisir et profitera de l’occasion qui lui est donnée pour prendre enfin une position claire et sans atermoiements.

lorguesnet.fr