LES LORGUAIS ASSUMENT FINANCIÈREMENT LES ERREMENTS DU MAIRE : Acte 2

Photo extraite d’une vidéo : Alemagna agitant des  pouvoirs en blanc…                                 https://www.youtube.com/watch?v=GihthtQJoKk&feature=em-upload_owner

Dans notre billet précédent, nous n’avons traité que du cas de notre cher Maire mis face à ses responsabilités. Mais qu’en-est-il de l’équipe qui l’entourait dans cette histoire.Il nous faut nous pencher sur un autre extrait du jugement rendu le 30 janvier 2015 : 

On peut donc lire dans cet extrait que les deux conseillers municipaux cités qui ont accepté les procurations l’ont fait « en méconnaissance des dispositions du code général des collectivités territoriales ». Ces deux adjoints ont-ils, sans trop se poser de questions, accepté ces pouvoirs illégaux car mis par le Maire devant l’obligation de le faire, ou bien ont-ils agi délibérément ? On peut pour le moins se poser la question, car cette affaire des procurations avait été déjà abordée auparavant et tout responsable ayant à sa disposition les moyens modernes de communication d’une mairie de l’importance de la nôtre pouvait difficilement rester dans l’ignorance des textes. Qui plus est, M.FITO avait encore souligné ce soir là que les procurations en question n’étaient pas, car non complétées, conformes à la règlementation ? (Voir extrait de la vidéo)

 Dans les deux cas M. MENET, adjoint à la sécurité, et M. KATCHIKIAN, adjoint aux travaux, ont agi au mépris des textes du CGCT et cela relève au mieux d’un amateurisme affligeant et au pire, en cas d’acceptation volontaire de leur part, d’un comportement inexcusable.                                                                                                                           Ils ont été ceints de l’écharpe tricolore ce qui pour eux, anciens militaires, devrait signifier qu’ils ne peuvent faire preuve dans l’exercice de leur fonction d’élu que de la plus parfaite des droitures. Après les observations très critiques du T.A, on ne comprendrait donc pas qu’ils ne démissionnent pas de leur poste d’adjoint…                                                        

Enfin et pour conclure, les exemples se multiplient de la façon dont on  « interprète » les textes et il serait plus que temps que l’ensemble de la majorité commence enfin à se poser la question de savoir si ces façons de procéder sont tolérables !!!

lorguesnet.fr

LES LORGUAIS ASSUMENT FINANCIÈREMENT LES ERREMENTS DU MAIRE : Acte 1

Après plus de deux ans et demi de procédure, la sentence du Tribunal Administratif est tombée. De quoi s’agît-il ? Ceux qui suivent par leur présence ou par la lecture des différents compte-rendus les séances du Conseil Municipal, se souviendront sans doute de celle dont nous allons traiter. Ce soir là, qui fut mémorable à bien des égards, vit un des conseillers municipaux d’opposition demander au Maire qu’il lui montre les procurations car, disait-il, elles étaient non conformes aux textes. Ce conseiller municipal soutenu, il faut le rappeler, par près de la moitié de l’assemblée municipale, tenait tête au Maire qui s’obstinait à ne pas vouloir les lui remettre.                                                           La « claque » du Maire ne faisant, comme à son habitude, preuve d’aucune réflexion refusait d’accepter l’évidence et huait celui qui ne faisait que soulever un problème majeur de non respect de la législation.                                                                                             La presse locale, ne faisant pas la part des choses, là aussi comme à l’habitude, préfèrera dans un de ses billets sur le sujet, prendre le parti d’inciter tout ce petit monde à tolérer des pratiques plus que douteuses…(V.M. 13 septembre 2012)                                   Notre premier magistrat semble cependant, ainsi que l’ont rapporté d’autres, être coutumier des faits et refuser de respecter les textes lui devient habituel. Les services Préfectoraux ont d’ailleurs déjà eu à lui rappeler la marche à suivre mais…           (Exemple, lettre du sous-préfet en date du 25 février 2014)                                            Cette fois, le Tribunal Administratif rend un arrêt que l’on peut considérer comme sans appel bien que notre premier édile puisse, une fois de plus et sans aucun espoir de réussite, se pourvoir lui, en appel.                                                                                   Grâce aux extraits joints du jugement en question, nous laisserons donc le soin à nos lecteurs de se faire leur propre opinion. L’on pourra seulement regretter que, malheureusement, ce soient les Lorguais qui avec leurs impôts, aient à assumer la charge financière que vaut à la commune l’entêtement personnel du Maire à ne pas vouloir se plier aux textes.                                                                                                       L’intégralité du jugement rendu peut-être lu en suivant le lien  :       https://www.dropbox.com/sh/nanul46smtasdra/AABY5-3oZvrAqFZYXjB-DQnla?dl=0

Ci-dessous des extraits annotés…Cliquer sur les pages pour les agrandir.

 

lorguesnet.fr

Élections départementales

Le candidat UMP du canton sera donc bien le maire de Vidauban M. Pianetti. Nous découvrons sur le site de l’UMP du Var que son suppléant sera M. Chambon Guillaume, Conseiller municipal lorguais.
M. Pianetti ne doit pas craindre que son suppléant lui fasse beaucoup d’ombre sur le Canton puisque élu conseiller municipal sur la liste Alemagna il avait déjà brillé par ses absences lors de la précédente mandature.
Il ne fait aucun doute que ses obligations professionnelles le tiennent éloigné de la commune, ce qui, à son âge et vu son emploi n’est rien que très normal. Dans ces conditions, on se demande bien où peut-être l’intérêt de solliciter un mandat électif alors que l’on est pleinement conscient de son incapacité à pouvoir le remplir de façon correcte en y consacrant le temps nécessaire ? La question se pose aussi de savoir où sont passés les nombreux encartés à l’UMP, proches du Maire, qui auraient pu admirablement assumer cette charge en cas de besoin ?
Afin de souligner l’ineptie d’un tel choix, il est bon de rappeler que lors des séances passées du conseil municipal de Lorgues, l’impétrant s’est vu contraint 20 fois sur 25   (Cf. : PV des C.M.), de donner pouvoir soit au Maire soit à son premier adjoint !!! Il semble évident à tout être faisant preuve d’un minimum de discernement, que lorsque l’on est dans une telle situation on ne peut certainement pas ne serait-ce qu’envisager, l’idée de s’impliquer dans la vie d’un Canton, charge bien plus importante que celle de conseiller municipal !
Serait-il possible que, là aussi, notre omnipotent premier magistrat n’imagine, en cas de nécessité et ainsi qu’il en est coutumier, de sauter dans la brèche. Son acception ou interprétation « très personnelle » des textes pourrait peut-être lui permettre                      de l’envisager !!!

lorguesnet.fr