Les voeux du Maire

Vendredi 9 janvier espace F.MITTERRAND.

Nous retiendrons qu’en matière de satisfecit ALEMAGNA, qui en matière de poudre aux yeux est un expert, n’avait pas grand-chose à présenter ni à évoquer et encore moins à proposer pour l’année à venir. Pour se justifier et ainsi que l’on pouvait s’y attendre, il en a attribué la faute à des restrictions budgétaires qui lui seraient imposées par la diminution des dotations de l’état…

Il aurait pu également expliquer pourquoi il ne juge pas opportun de solliciter le vote des électeurs pour les élections départementales prochaines. Mais comment annoncer que son parti politique a fait le choix de lui préférer le maire de Vidauban ? Il aurait au moins pu aider celui dont il prétend être l’ami en devenant son suppléant au lieu de laisser la place à un autre lorguais (…) peut-être que, là aussi, le fait que le choix du parti ne lui ait pas été favorable s’explique par le fait que sa présence sur le ticket UMP ne soit plus encombrante que porteuse pour emporter cette élection.

En évoquant son élection à la tête d’une nouvelle équipe, il déclara que cette dernière s’était mise rapidement au travail. Une de ses premières décisions consiste en effet à rétrocéder à un particulier (Domaine de La Martinette) un chemin communal goudronné contre l’élargissement d’un chemin en terre propriété de la commune mais dont l’entretien est de la compétence de la CAD ( le Maire : P.V. du C.M. du 20 sept.2012 , page 9 )
Cela n’est pas sans rappeler une opération similaire précédente au hameau des Girards. A l’époque un Conseiller Municipal de la Majorité n’avait–il pas été prémonitoire lors du C.M. du 20 septembre 2012 en déclarant : « nous envisageons d’aliéner une partie du domaine public au profit d’intérêts particuliers….nous créons là un précédent fâcheux qui ouvre la porte à bien d’autres demandes. »

lorguesnet.fr

Conseil Municipal 30 déc.2014

Echange : « La Martinette »

On nous pardonnera de rédiger un compte-rendu en commençant par le point n°4 de l’ordre du jour, mais il nous paraît plus qu’utile de mettre en pleine lumière un point que l’on avait pris soin de dissimuler parmi, par exemple, nombre de logements sociaux, sujet à propos duquel il ne faut poser aucune question sous peine de se voir cataloguer par le Maire, qui n’en est plus à une outrance près, parmi ceux qui « sont contre » !!!!

En matière d’échange, un précédent aurait du alerter tous ceux qui placent au-dessus de l’intérêt personnel de certains celui de la commune ou des Lorguais en général. Souvenons-nous du Chemin des Girards. Le Maire a là pour projet, sur demande d’un seul propriétaire, de céder un chemin goudronné en parfait état et plat, contre un chemin en terre en mauvais état, imposant un détour notable, d’une déclivité très importante et que tout propriétaire de véhicule de tourisme s’efforce d’éviter d’utiliser!!!

Quel peut être l’intérêt, pour la Commune, de l’échange qui nous préoccupe maintenant? On prétexte aujourd’hui de l’« agrandissement » d’un chemin communal qui existait déjà (ex Piste DFCI « Broussan » M 43 – Défense de la Forêt Contre les Incendies) pour procéder à un deuxième « échange profitable» à la Commune, ce dont l’on peut douter. Le Maire n’avait vu en effet aucun intérêt, suite aux évènements climatiques de 2010, à remettre rapidement en état ce chemin communal. Cela ne l’empêche cependant pas de lui trouver, à présent, un intérêt majeur!!! Rappelons que les pistes DFCI, à charge de la C.A.D., existent en quantité suffisante sur cette portion du territoire de la Commune et que la même C.A.D. avait refusé de refaire la piste M 43 en question, car elle la considérait comme d’importance négligeable. La photo aérienne des lieux qui était jointe pour explication à la note de synthèse du Conseil Municipal était, malheureusement, de qualité si médiocre qu’elle ne permettait absolument pas de situer les différents axes que nous allons citer… (Cf. extraits de plan joints)                                                                                 Si la photo mise à disposition avait été de bonne facture, on aurait pu se rendre compte qu’à proximité immédiate et prenant son origine au même endroit que la piste « Broussan », se trouve la piste DFCI M 46, en bien meilleur état, elle, qui rejoint le Chemin de La Martinette que l’on abandonne !!. Ceci relativise au plus haut point l’intérêt de l’échange demandé. Abandonner un chemin communal parfaitement goudronné pour recevoir quelques mètres de broussailles le long d’un chemin  appartenant déjà à la Commune, voilà un échange que l’on peut pour le moins trouver surprenant. Une fois de plus on se doit de chercher où est l’intérêt public dans un « troc » qu’il serait peut-être plus logique de qualifier de marché de dupes et aussi comment des élus responsables peuvent désespérément essayer d’expliquer l’inexplicable comme l’adjoint à la sécurité l’a fait ce soir là.!!!                                                                                                                      En résumé, la commune reçoit quelques mètres de broussailles sur 1000 mètres le long d’un chemin déjà communal dont les trous auront été, par la même occasion, comblés et « donne » en échange un chemin goudronné communal d’environ environ 4 mètres de large pour une longueur de 2220 mètres. Nous n’oublierons pas que le domaine de la Martinette va créer sur son propre fond un chemin de 410 mètres, bretelle parfaitement inutile, dont on peut penser qu’elle ne fait partie de l’échange que pour faire avaler la « pilule ». De plus, on se garde bien de préciser que du fait de cet échange, on perdra tout accès au fleuve l’Argens… En métrage, la perte au change peut être déjà qualifiée de vertigineuse, mais si en plus on évalue la perte financière…                                               On peut d’ailleurs se demander si cela n’aurait pas un rapport avec un arrêté pris pour interdire, sauf aux riverains et dans les faits par une grille(??), l’utilisation du chemin communal conduisant au domaine de la Martinette et si celui-ci ne serait pas de pure complaisance. Toute personne qui aura fait l’effort de se rendre sur les lieux aura constaté qu’aucun danger n’existe vraiment « du fait de l’aménagement de parcelles de vignes », qui plus est séparées de l’axe goudronnée par de magnifiques murs en pierre. (Arrêté caduc depuis le 5 décembre 2014)                                                                            D’ailleurs, les Lorguais dans leur ensemble doivent être considérés comme riverains pour un chemin communal entretenu grâce à leurs impôts locaux. En fait de « restrictions de circulation », il s’agît là plutôt d’obstruction.

Nous conclurons ce long exposé en citant notre premier magistrat. Tout d’abord confronté ce soir là par certains élus de l’opposition au problème financier, il a évalué la valeur du chemin goudronné (souvenons-nous, 2220 mètres) à « environ 15 000 Euros » (!!!) en précisant dans le même souffle qu’en contrepartie, l’élargissement du contournement proposé, coûterait au moins « 150 000 Euros » au Domaine de la Martinette. On nous permettra de douter d’estimations aussi fantaisistes!!!

Voulant permettre à chacun de voter en conscience, l’opposition « osa » demander un vote à bulletins secrets. Malheureusement nul dans la majorité ne voulu accepter une façon d’agir aussi démocratique. Le Maire se chargea même de faire une réflexion qui permit à tout le monde de constater l’approche qui est la sienne d’un tel sujet. « A Lorgues on a du courage et on n’a pas besoin du secret de l’isoloir ». Confronté à de tels arguments l’homme sensé ne peut, hélas, pas trouver la moindre réponse car alors pourquoi, sous le même prétexte, ne pas aller jusqu’à bout de cette logique absurde en supprimant les isoloirs lors des élections, qu’elles soient municipales ou nationales ???

Des dessins (ou photos aériennes) valent mieux qu’un  long discours…

lorguesnet.fr