Cigale…

Lors de la discussion du Budget Supplémentaire au dernier C.M. notre attention a été attirée par une information concernant l’acquisition d’une « œuvre d’art » d’une valeur de 14 500€ venant s’ajouter aux 29 000€ d’achat de végétaux relatifs à l’aménagement du rond point de la route de Draguignan. On n’ose plus lui attribuer le nom de rond point de la Médaille Militaire car en lieu et place d’une plaque de marbre propre à rappeler cette prestigieuse décoration, on s’obstine à multiplier constructions diverses ou autres réalisations de plus en plus fantaisistes…

Après le faux puits, les oliviers bonzaïs, le choix d’une cigale en revient semble-t-il au maire lui-même, qui persiste à affirmer que tout cela ne coûte rien, ou presque. L’opposition pourrait d’ailleurs peut-être enfin jouer son rôle en réclamant ce que l’on attend avec la plus grande impatience, un bilan du coût global engendré par ces nombreux mois de travaux. Sur cette liste on aimerait trouver, en plus de l’ensemble des factures des nombreux achats divers, les salaires des employés municipaux, sans omettre les heures d’utilisation de véhicules poids-lourds ou des divers engins de terrassement bien sûr !

La logique défendue en effet par notre premier magistrat qui consiste à dire que le travail fourni par nos employés municipaux ne nous coûte rien est plus qu’absurde. Si c’était le cas, pourquoi facturer alors aux habitants de Lorgues des services tels frais d’obsèques ou branchement d’eau potable ou encore raccordement à l’assainissement car ainsi qu’il le dit lui-même « qu’ils fassent cela ou autre chose cela ne change rien »???

lorguesnet.fr

Des promesses, encore des promesses…

M. Claude Alemagna s’est toujours félicité de ne pas augmenter les impôts locaux. En réalité tout le monde a pu cependant constater que le montant payé par les contribuables est bien, lui, supérieur à celui des années précédentes. On aurait d’ailleurs parfaitement pu compenser cette augmentation des taux au niveau de la commune, mais il est évidemment beaucoup plus confortable d’encaisser plus d’impôts locaux, en en rejetant la faute sur les autres.

Dernièrement le Président de la République s’est engagé à ce qu’aucun impôt nouveau ne voit le jour jusqu’à la fin de son mandat, démenti d’ailleurs très peu de temps après en cela, par un membre du gouvernement. Deux approches différentes pour un but identique, berner le citoyen un peu trop crédule.

Lorgues bénéficierait d’une gestion définie comme saine et maitrisée par M. Alemagna. Même si l’on peut en douter, elle n’a de toute évidence été permise que grâce au « bas de laine » laissé par M. Barthélemy Mariani. A cette époque le candidat Alemagna reconnaissait d’ailleurs lui même que la situation financière trouvée était plutôt satisfaisante ce que l’audit qu’il commandita ne put que confirmer.

Après six années de gestion Alemagna le solde est un emprunt de 3,2 millions d’€ pour la réalisation de la STEP qu’il faudra bien honorer, même s’il prétend que les Lorguais n’auront rien à débourser. Ceci n’est bien entendu que pure démagogie car nul ne pourra à notre place payer cette dette (que cela soit réalisé sur le budget de l’assainissement ou sur le budget général n’y change rien hormis le fait que, répartie uniquement sur les seuls citoyens lorguais raccordés au tout à l’égout, la charge n’en sera que plus importante pour eux)…….
Promesse non tenue donc, ainsi que bien d’autres faites au cours de ses campagnes électorales de 2008 et 2014 dont nous ne citerons que quelques exemples :

*Création d’un site municipal hors zone agglomérée pour recevoir tous les locaux des services techniques municipaux.
*Réhabilitation et aménagements urbains du centre ancien.
*Construction d’un restaurant scolaire et locaux d’accueil spécifiques des élèves au périscolaire.
*Création d’une salle de sport pour la gymnastique, qi-gong, yoga, musculation…
*Création d’un skate park,
*Extension et réhabilitation de l’EHPAD Saint François, plus concrétisation d’un centre Alzeheimer.
*Jumelage avec une ville européenne
* Création d’un nouveau centre de loisirs sans hébergement.
* La révision du POS et l’élaboration du PLU

Ces quelques exemples, nous amènent à nous poser la question de son sérieux en la matière.
Il est toujours aisé de faire tourner le miroir aux alouettes, mais par honnêteté intellectuelle il aurait pu présenter un réel bilan de sa fin de mandature en reconnaissant que ses prétentions étaient exagérées et non réalisées car….irréalistes. Comment croire que le Maire, M. Alemagna va réaliser ses nouvelles « anciennes » promesses écrites dans son programme sans pouvoir bénéficier de quelconques fonds publics en cette période de disette budgétaire? Comment croire qu’il va réaliser demain ce qu’il n’a pas fait hier et avant-hier?
Peut-être par une augmentation des impôts puisque c’est la seule promesse qu’il s’est, cette fois, abstenu de faire…

lorguesnet.fr

Chassez le naturel, il revient au galop…

Devant l’obstination d’un Maire à reproduire les mêmes erreurs, le titre de ce jour ne peut que reprendre celui de notre dernier article.

Nous nous pencherons cependant cette fois sur la façon dont notre premier édile gère, ou croit bon de gérer, le budget municipal. Un exemple frappant qui éclaire bien sa constance à être particulièrement décevant en la matière est celui qui concerne la réalisation du rond-point de la route de Draguignan, rond-point des Médaillés Militaires. (Rond-point de   « La Médaille Militaire » nous semblerait d’ailleurs mieux approprié, mais c’est un autre sujet)

Voilà maintenant plus de quatre ans, que le dit rond-point fait l’objet de travaux incessants et lors du dernier Conseil Municipal le Maire a prétendu que la centaine d’Euros que cela coûtait à la Commune était quantité négligeable !!!

Cela nous rappelle l’époque où le Conseil Général prenait la décision de ne pas renouveler ses subventions au Comité Départemental d’Habitat et d’Aménagement Rural (ou C.D.H.A.R. alors dirigé par M. Claude Alemagna) du fait des problèmes inhérents à la gestion des fonds publics qui lui étaient attribués et ce, entre autres, en ces termes : « Le Conseil Général a sollicité la structure pour qu’elle diversifie ses financements, mais aucune action n’a été réalisée dans ce sens……A l’évidence, le C.D.H.A.R ne survivait ces derniers temps, que grâce à la subvention annuelle du Conseil Général. La bonne gestion des deniers publics nous a imposé de ne pas encourager l’association à se maintenir……… Le financement du Conseil Général ne pouvant pas chaque année augmenter afin de suivre la hausse continue des charges de l’association, dont 80 % de charges salariales… » !

Malgré la meilleure des volontés, comment ne pas faire un parallèle entre son incapacité actuelle à savoir compter et celle d’alors ?

Pas le plus petit début d’analyse, pas la première facture pour appuyer ses propos !!! Car enfin, comment peux-t-on avancer que des centaines d’heures de travail d’employés communaux, l’achat particulièrement onéreux d’oliviers taillés en dépit du bon sens, la réalisation d’un puits par un artisan local, entre autres, que tout cela ne coûte rien ou presque ! De qui se moque-t-il ? Mais pour quelle raison se gêner, les exemples ne manquent pas où des sommes sont avancées sans aucun justificatif ou facture ainsi que cela a déjà été fait pour le jardin de la Muscatelle. On prétend avoir économisé une somme X, la presse locale s’empresse de le publier et nul ne pose la moindre question.

Le Maire dispose de chefs de services qualifiés et compétents qui, n’en doutons pas, seraient parfaitement à même de fournir un bilan chiffré exact du coût pour la Commune de telle ou telle réalisation effectuée en régie. Allons plus loin, si telle analyse était faite en amont, et ces mêmes chefs de service en sont tout à fait capables, certains travaux seraient sans aucun doute confiés à des entreprises locales libérant ainsi nos employés communaux pour d’autres tâches, telles que l’entretien de la vieille ville.

Comme toujours, encore faudrait-il qu’autour de lui certains se dressent pour lui faire prendre conscience de l’absurdité de son obstination à agir ainsi. Hélas, lorsque l’on a assisté à une seule séance du Conseil Municipal on ne peut que douter que cela arrive un jour !!!

lorguesnet.fr