Mars 2014…

A moins d’une surprise de dernière minute (…), nous devrions voir quatre listes en concurrence pour prendre le départ de la course à la conquête de l’hôtel de ville.

De la droite à la gauche, l’éventail des clivages nationaux se retrouve ainsi sur Lorgues, même si tout ce beau monde se prétend « d’intérêt local en regroupant en son sein des colistiers issus de tous les horizons. »
Une entente des opposants de sensibilité de gauche n’ayant pu être trouvée entraînera indéniablement une division de cet électorat du fait de la présence de deux listes.

Actuellement chacun campe sur ses positions sans envisager le moindre accord d’union en perspective du second tour, espérant sans doute récolter assez de voix pour détrôner l’actuel résident du premier étage de la mairie.

L’abondance de candidatures prouve que la gestion de la commune par Alemagna est loin d’avoir fait l’unanimité, ainsi qu’il le prétend. Si sa politique s’était avérée parfaite, rares auraient été les candidats prêts à se mesurer à l’édile qui, par nature, bénéficie de la prime au sortant. Mais, guerroyant dès le début de son mandat de manière stérile avec son opposition, le Maire sortant, entre autres aberrations et par son obstination à ne tolérer aucune discussion avec les membres de sa propre majorité, n’a guère laissé d’autre possibilité à nombre de ses colistiers que d’entrer en dissidence* en se désolidarisant de celle-ci. Parvenant à lui seul à fissurer le socle sur lequel l’avait posé les urnes en 2008, il a ainsi transformé en simple pourpoint la cuirasse sensée le protéger.

Malheureusement, lors d’une probable triangulaire et faute de s’être montrées capables de maîtriser quelques égos exacerbés, tous les efforts consentis par les différentes listes en lice face à celle d’Alemagna pour lui faire perdre ces élections, risquent bien de s’avérer vains. Les 1500 abstentionnistes de 2008 détiendront-ils la réponse ?

*Pour preuve voici  ceux qui restent à l’arrivée sur les22 élus du départ :


 

La France aux français…

Pour soutenir Séraphin Claude Alemagna, le site de son adjointe Mme Renée Vignal sort la grosse artillerie. Les courageux anonymes (si leur nombre n’est pas égal à un seul chiffre) n’en peuvent plus de tremper leur plume dans  les caniveaux pour critiquer tout ce qui n’est pas en symbiose et génuflexion face à leur phénix qui compte déjà dans ses rangs un supporter de taille.                                                                                                                                                                                                                                                    Sur ce site, rappelons que ce supporter, un certain DD déclarait :                                        « Je ne suis pas LORGUAIS mais VIDAUBANNAIS cependant en tant que Président des anciens combattants UFAC de LORGUES, Président PACA des OPEX, Président national des PORTE DRAPEAU de France, mes associations et moi même SOUTENONS A FOND CLAUDE ALEMAGNA  »                                                                                                       Lors de la journée des Associations le 4 septembre 2010, sur le stand de ce supporter, la présence d’un tee-shirt avait fait polémique sur la « toile » :  Lorgues: la xénophobie étalée , et réagir M.Yves DOURY  le Secrétaire National de l’UFAC ainsi que M.Alain Couperie, président national de l’ANT TRN qui déclarait : « je ne cautionne pas cette chose et ne tolère pas qu’on associe notre logo national avec des idées personnelles cette initiative de création n’est pas une directive du siège national. »

Claude Alemagna va-t-il dénoncer ou cautionner l’utilisation de son image par son supporter qui récidive sur un autre site en proposant de nouveau un tee-shirt  au slogan identique ?

photo: UNPDF

A.T.

 

Les voeux à Lorgues…

Vendredi 10 décembre, cérémonie des vœux à Lorgues donc. Une foule importante, mais pas celle des « grands jours » que l’on a connue lorsque certains espoirs étaient permis. On ne peut que constater un certain essoufflement dans le soutien démonstratif voire l’enthousiasme qui n’avait pas manqué en 2008 pour que la liste « Alemagna » l’emporte d’une courte tête au premier tour. On note et souligne d’ailleurs comme significative, l’absence de personnalités de premier rang et également celle d’une partie des Conseillers Municipaux qui constituent aujourd’hui la faible majorité dont dispose encore le Maire.

Le discours de celui-ci commence par des hésitations et certains lapsus regrettables, pour continuer sur un ton monocorde dont le moins que l’on puisse dire est qu’il n’est pas propre à emporter l’adhésion inconditionnelle que l’on recherche. On a beau prétendre que Lorgues est le sujet sur lequel on se penche tous les instants, le doute s’insinue.
On cite quelques réalisations que, si l’on osait, on qualifierait de pharaoniques, tout particulièrement celle de la station d’épuration. Mais là, la surprise est de taille et ne peut que susciter l’incrédulité car l’on prétend aussitôt après en avoir précisé le coût : 6,3 millions d’euros, que cette somme considérable ne grèverait en aucune façon le budget de quelque contribuable que ce soit. Chacun se sera alors posé la question, mais par quel miracle de telles sommes peuvent-t-elles s’envoler en fumée (ou plutôt, mais qui veut-on enfumer???).

Pour conclure ce discours décidément très pâle et à défaut de le ponctuer de bons mots qui auraient pu détendre l’atmosphère, on s’efforcera enfin d’élever le débat en citant divers personnages qui, s’ils en avaient la possibilité, ne manqueraient pas de protester devant une telle récupération.

La salle ne s’y trompe d’ailleurs pas car seuls quelques, somme toute rares, aficionados se mettront debout pour applaudir la performance très terne de l’orateur.
Les vœux que chacun formulera ensuite en levant son verre correspondront-ils à ceux du Maire sortant, rien n’est moins sûr…

lorguesnet.fr

LE CLIENTÉLISME POUR GUIDE, OU LE RÈGNE DE L’ANARCHIE

Mardi dernier donc, journée maussade d’un marché d’hiver. Hors période estivale, on réussit cependant à laisser créer ce jour là des nuisances absolument inacceptables en cœur de ville. Un exemple parmi tant d’autres, l’axe que les vieux Lorguais appellent « derrière le Couvent ». Dans cette rue, les interdictions de stationner, voire de s’arrêter, foisonnent et sont rappelées avec force peinture jaune et appositions de panneaux. Mais consignes semblent être données à notre Police Municipale puisqu’elle s’abstient de sévir comme elle devrait le faire, qui plus est à 50 mètres de son « Hôtel de Police ». Nous ne reprendrons pas le mot « amende » qui, pour notre cher Maire, doit correspondre à une injure. Ce dit axe important, l’est d’autant plus du fait de la fermeture du « Boulevard du Real Calamar », mais on ne s’en préoccupe absolument pas et les véhicules stationnés là gênent considérablement la circulation puisqu’il est impossible de s’y croiser.

Cette valse hésitation qui dépend directement du nombre de « plaignants » ne relève en aucune façon d’un souci quelconque de recherche de sécurité. Nous n’en voulons pour preuve que la façon dont a été gérée la limitation de vitesse lors de l’épisode de « la Route de Draguignan » dont Var-Matin s’était fait l’écho et qui illustre pleinement notre propos. Comment veut-on que Police ou Gendarmerie fassent leur travail correctement devant une telle inconstance ?
Suite à diverses demandes, justifiées ou pas, pertinentes ou pas, une fuite en avant est déclenchée et on met aussitôt en place une signalisation que l’on refuse ensuite de faire respecter car, dans le cas contraire, le nombre de mécontents serait trop important. Dernier exemple en date, la Rue Émile Héraud, dans laquelle on a bien repeint en jaune les trottoirs pour rappeler une interdiction de stationnement en pleine voie de circulation que le code prévoit déjà, mais on ne se préoccupe là aussi en aucune façon de la faire respecter.

Toute cette incurie prend sa pleine signification lorsque l’on constate que le parking situé en face de la Perception n’est occupé qu’à moitié et que celui qui devrait servir tout particulièrement les jours de marché, celui situé sous le cimetière, est lui désespérément vide à l’exception de deux voitures !!! On peut bien évidemment se gargariser d’un recul de la délinquance qui n’est pas, très loin de là, due aux actions d’éclats de notre Premier Magistrat (on les cherche vainement), mais faciliter la vie de tous les jours de ses concitoyens ne semble hélas vraiment pas être non plus sa préoccupation principale…

Un dernier détail, puisque le Maire se livre toujours à des comparaisons avec les communes voisines. La ville de Vidauban a, pour gérer convenablement entre autres les afflux de visiteurs et à population égale, un effectif de Police Municipale près de trois fois supérieur au nôtre mais rassurez-vous on ne ferait que multiplier par trois les consignes d’inaction si cela devait évoluer à Lorgues et cela ne ferait donc qu’entraîner des dépenses d’énergie inutiles……… À vouloir contenter tout le monde on ne satisfait qu’une minorité dont on n’est d’ailleurs pas certain qu’elle mettra dans l’urne le bulletin qui convient !!

lorguesnet.fr

Candidat UMP …

Depuis le jeudi 24 octobre 2013, Claude Alemagna est investi par l’UMP pour la prochaine élection municipale. Nous pouvons donc affirmer que le patronage de ce parti confère le titre de liste UMP à celle que dirigera le maire sortant et non pas une liste d’intérêt local composée de sensibilités différentes comme en 2008.

En cas de réélection du maire appartenant à un parti politique tel que l’UMP, l’avenir de Lorgues ne serait pas celui que l’on est en droit d’attendre sur un plan  local :

Où se situera la représentation active et efficace à la CAD  ?
Actuellement la commune est déjà féodalisée par l’intercommunalité dont le président n’est autre que le député UMP de Draguignan et ce n’est pas la présence de nos représentants qui n’ont jamais rendu compte de leur action au Conseil Municipal (bien que désignés par ce dernier), qui a apporté un plus en faveur de notre commune. La réalisation du stade synthétique qui était déjà dans les cartons de la CAD sous la mandature précédente, ne peut faire oublier la couverture de la piscine ou la zone artisanale, toutes deux promises (entre autres) par Claude Alemagna lors de sa précédente campagne.

Claude Alemagna, en bon militant politique, a donc fidèlement appliqué la logique qui veut que les promesses électorales soient faites pour s’estomper dans le temps.

Lui qui snobe les textes législatifs qui lui déplaisent, fait ce que bon lui semble, écourte même un conseil municipal pour éviter de répondre à une question écrite et pour que la bonne parole soit seulement la sienne, « oublie » la pose pourtant obligatoire de panneaux de libre expression ce qui mène à l’affichage sauvage illégal.

Pour se faire élire, il promettait pourtant « des citoyens placés au cœur des réflexions et des décisions dans un village à l’identité rurale où il fait bon vivre en toute sécurité »

lorguesnet.fr