Le dernier bulletin municipal…

Les Lorguais seront sensibles aux soins que M. Grouiller leur prodigue en ajustant leur culture aux facultés qui sont les siennes à manipuler la fonction du « copier/coller » des pages Internet. Le génie consistant à doser savamment le « copier » ou non et surtout le « coller ».   Passe encore l’article de deux pages concernant la chapelle, patrimoine Lorguais que « Vivre à Lorgues » à déjà traité à plusieurs reprises, mais les deux autres pages sur Marignan… il fallait y penser !                                                                             Ce qu’il y a de positif, c’est que manifestement les Lorguais sont en bonne santé ! Ce qui laisse le loisir aux professionnels de vaquer à d’autres occupations…

Mais, si nos souvenirs sont bons, cet homme là est aussi premier adjoint ? Donc au sommet de l’info, des arcanes de la politique menée dans sa commune : n’aurait-il donc pas la possibilité de fournir à ses concitoyens un article de fond sur leurs préoccupations plus immédiates : les batailles qu’il faut mener au jour le jour en général et contre  maints éléments, plutôt que celle livrée il y a 5 siècles ?                                                                      L’autre bon côté c’est que pendant qu’il s’adonne à ces écrits intellectuels, il ne sévit pas en ceux propres (ou pas très…) à nuire à quiconque…

Quant au reste de la publication,  fidèle à son « redac chef », il est surtout question d’un mémoire voué au culte de sa personne, comme à l’accoutumée.                                      En boucle, il s’arroge les mérites comme un fait d’arme – et ce, dans chaque numéro, n’ayant rien d’autre à dire – de la construction de la station d’épuration, des travaux (sauvegarde courante, pour un bâtiment de cet âge) de la collégiale et de  l’entretien de l’existant en général…                                                                                                           La gloire qu’il en tire, c’est d’être intervenu là où son prédécesseur ne l’a pas fait.         Mais s’il avait été question d’options, il y a fort à parier qu’il s’y serait aussi abstenu.     Sinon pourquoi ne s’est-il précipité sitôt élu, au lieu de porter en urgence toute son attention aux fontaines et autres mauvaises actions défigurant ce charmant village, uniquement, pour y laisser sa triste griffe personnelle ?                                                         Il a fallu, que le couteau sur la gorge, il y soit contraint.                                                       Au reste le mérite est-il si grand ? Faut-il faire preuve d’un grand courage pour demander à des professionnels de gérer le problème et de contracter un  emprunt remboursable par les contribuables ?

Pour la vidéosurveillance : il était impensable que notre commune soit la seule de l’hexagone à ne s’en pas équiper !

Tout cela est de la poudre jetée aux yeux d’aveugles pour leur donner l’illusion d’un feu d’artifice permanent, de manière à les faire applaudir en cadence.                                     Et comme il ne supporterait aucune suggestion d’évolution dans aucun domaine, ses administrés sont condamnés à végéter dans son néant durant tout le temps de sa gouvernance !

lorguesnet.fr

Souvenir Français, la conférence…

Jeudi 3 octobre était organisée à l’espace François Mitterrand par le Souvenir Français, une conférence qui avait comme fil conducteur les OPEX (Opérations Extérieures) des troupes Françaises.

Devant un parterre très attentif dès les premières minutes, M. Arnaud Danjean député et Président de la Sous-Commission « Sécurité et Défense » au Parlement Européen a développé les décisions gouvernementales qui, à ce titre, peuvent être prises en accord avec l’ONU, l’OTAN ou la C.E. Il n’a pas manqué de souligner les difficultés auxquelles se heurte la recherche d’un consensus car l’unanimité est la règle en la matière. Qui plus est, les décideurs agissent en fonction de leur perception, mais surtout, de la marge d’initiative dont ils disposent sur le sujet, très différente d’un pays à l’autre.

Ce brillant exposé que l’on peut qualifier d’exhaustif fut complété par les réponses très claires et fort argumentées apportées par l’élu aux questions posées par les Généraux ROYAL (Commandant de l’École d’Artillerie et futur Commandant des Écoles Militaires de Draguignan), BARLET (2 S), un autre officier présent et M. Dominique PERRIN (vice-Président des Médaillés Militaires et Maire Adjoint de la Commune).

Devant la présence, exceptionnelle à Lorgues d’un orateur de cette qualité, on attendait bien évidemment en fin de séance une intervention du Maire M. Claude Alemagna qui aurait alors remercié l’orateur en apportant son propre commentaire sur un sujet aussi magistralement traité. Hélas, n’ayant pas effectué son service militaire et sans doute pas très au fait de la chose il a préféré, devant une assemblée très professionnelle, garder un prudent silence, ainsi d’ailleurs que les très rares membres de « sa » majorité.
Il est plus sage de ne prendre le microphone que lorsque la « claque » est parfaitement organisée et bien incapable de la moindre réflexion….

Le souhait que nous formulons, tout en remerciant le Souvenir Français pour cette excellente initiative, est que nous puissions bénéficier à l’avenir d’autres conférences d’un tel niveau. Elles apportent un éclairage indispensable sur des sujets que l’on considère, à tort, comme affaire de spécialiste.

lorguesnet.f’r

« La violence est le dernier recours de l’incompétence. »

C’est à se demander quelle est la raison qui pousse le maire à faire une telle fixation sur les faits et gestes de l’opposition en conseil municipal ?
Où est l’illogisme et le surprenant dans le fait qu’elle n’adhère pas à l’ensemble de sa politique ? S’il en était autrement, elle ne serait plus « l’opposition » !
Il faut croire que la rage et le dépit lui font perdre la tête : consacrer tout un compte rendu d’une réunion publique d’une telle importance aux seuls aspects négatifs provoqués par des gens qui ne l’approuvent pas, au lieu de mettre en avant ce que lui impose et ne voit que bénéfique…Voilà qui fait de ce type un concept à lui tout seul : le prototype même du psychopathe.
Il s’accroche avec l’énergie du désespoir aux contrevérités habituelles : ce fameux budget non voté qu’il présente comme cause de tous les maux et mots. Encore une fois, il se garde bien de préciser qu’il ne s’agissait alors que du budget supplémentaire d’investissement ! Celui qui n’affectait en rien ni la maintenance, ni l’entretien.
Ses arguments sont toujours aussi fallacieux qu’idiots pour justifier ses critiques vengeresses et qui, pour le coup, sont loin d’être « constructives » !

lorguesnet.fr

Eurêka…

Contrairement à ce qu’il est communément estimé, le chantage et autres malversations payent et payent même bien !
Tous les efforts appuyés des conjurés ont porté leurs fruits, (mais non sans mal). Dans le registre « grands moyens appliqués », ils n’en n’ont épargné aucun. Les pires ont été employés publiquement ou non. Ils n’ont pas ménagé leur peine pour atteindre le but de leur mentor – sans qu’il n’y paraisse, vous pensez bien !
Enfin, Mme Ambert a du céder à la pression de ses « amis » qui pesait si lourdement sur elle depuis de nombreux mois, pour laisser sa place de conseillère municipale à une pauvre créature tout juste bonne à faire du bois dont on fait aisément des flûtes, comme les autres…
Maintenant, plus de risque d’avoir une voix incertaine qui traine. La majorité est enfin assurée d’une façon pérenne. Même à l’avant-veille de la date butoir, il est préférable d’assurer ses positions. C’est plus confort !
Cette superbe homogénéité de la nouvelle majorité fait plaisir à voir. Son chef peut être fier de lui et on ne voit pas ce qui pourrait l’empêcher de dormir en paix. Surtout pas une lueur d’éventuelle conscience dont parfois sont affublés même les pires filous.
Il peut compter sur ses mercenaires : chacun d’eux sait ce qu’il encoure et ce qu’il risque à contrarier, ne serait-ce qu’en portant une ombre quelconque à ce vénéré potentat (qu’un indexe ne se lève pas pour traduire un vote positif et il en va de la tête de son possesseur !).
Ils sont intimement imprégnés du fait que le mot « démocratie » comme ceux de « moralité » ou « probité » doivent être bannis du vocabulaire lorguais à jamais.
En revanche, propagande, lavage de cerveaux, contrevérité, désinformation, endoctrinement, intox, accompagné de moyens de persuasion plus ou moins subtils, sont les expressions qui, à l’insu de ces pauvres d’esprit, en ont fait des proies aussi faciles que dociles.
AM