De la culture…

Un grand merci à M.Michel, l’adjoint à la culture,qui en cette période de rentrée littéraire nous à permis de découvrir , un écrivain auteur de nombreux ouvrages spécialisés sur l’aviation soviétique.
Parmi ses œuvres, quelques titres : » l’encyclopédie des chasseurs soviétiques « ,           « Bombardiers en piqué soviétiques« , et un livre bien documenté : « Les avions de chasse Polikarpov. »
Cet écrivain  également  chanteur, célèbre dans les années 1970-1980 s’est produit dernièrement  place Trussy.

Un beau pied de nez qui devrait clouer le bec à tous les détracteurs qui osent prétendre que la culture est en chute libre à Lorgues.                                                                              *Wenn ich Kultur höre…(Thiemann dans l’acte 1 scène 1)

Herbert LEONARD

 

 

 

 

 

 

 

 

A.Taquin

 

15 août 1944

Chaque année Lorgues rend un hommage appuyé à ses enfants, des jeunes résistants tombés sous les balles ennemies lors de la période du débarquement en provence.
Comme à ce jour, le site municipal n’en a pas encore fait écho, voici  quelques photos de l’hommage rendu à la mémoire de ceux qui sont tombés pour notre liberté .

*cliquer sur les photos pour les agrandir.

lorguesnet.fr

Après l’autre, c’est lui…

Lorguesmaintenant (propriété de Me Vignal) a trouvé un nouveau bouc émissaire en la personne de M.Formé.
Voulant sans doute prévenir une mésaventure électorale, les commentaires injurieux à son égard fleurissent et ces affabulateurs vont aussi jusqu’à inventer que Perrin et Remy ont assisté à ses réunions. Ceci est totalement faux et est révélateur de la pauvreté du raisonnement de ces individus qui réclament du courage à tous mais ne signent jamais leurs commentaires misérables.

Lors de l’inauguration de la STEP on a pu voir les représentants et amis de la majorité municipale  faire la bise à M.Formé…l’Adjointe à la jeunesse en tête. Comment expliquer un tel revirement ?

En démocratie, rencontrer des gens de tous horizons n’a rien d’exceptionnel ni de choquant et peut même apporter une certaine sérénité dans les débats…
À contrario, je pense que les injures de Lorguesmaintenant sont à classer parmi tout ce qui provient d’une frange marginale gangrénée et dictatoriale. Si les loups sont déjà lâchés, la future campagne électorale pour la reconduction de leur leader nous promet des beaux jours.

A.Rémy

Conseil Municipal des jeunes

Var matin 25 juin 2010

Tout cela partait pourtant d’un bon sentiment.
Ce conseil municipal des jeunes devait devenir un excellent lieu d’apprentissage de la démocratie (dixit Alemagna)
Aujourd’hui, 3 ans après qu’est-il devenu ?
Alors que le renouvellement des jeunes élus s’effectue généralement tous les deux ans, depuis ce tape à l’œil municipal, nous n’avons plus aucune nouvelle de ce Conseil Municipal des Jeunes qui devaient faire entendre leurs voix.
Après l’ effet d’annonce, est-il passé dans les oubliettes et classé lui aussi dans les volontaires renoncements du maire ? A moins que l’adjointe à la  jeunesse ne s’attelle à ressusciter cette jeune assemblée  moribonde dès sa naissance, histoire  de bien se faire  voir avant les prochaines élections.

lorguesnet.fr

« Tu trembles carcasse… » ? *

Dans le caniveau que représente le site du pouvoir communal nous avons encore trouvé nombre de déjections de son auteur. Sans être surpris par son principe – pour être habitué depuis le temps qu’il pollue l’environnement – nous le sommes par l’indigence de ses propos infondés. C’est à se demander si ces défécations sont dues à un drôle d’oiseau ou à un collège d’éboueurs réunis pour l’émulation en une sorte de congrès de la vidange. Faut-il que ces gens là n’aient rien de tangible à raconter pour le faire sur des sujets qui n’en sont pas ? Rien en réserve ? Rien que des tiroirs vides de faits réels à rapporter, vides d’histoires truculentes ou scabreuses qui auraient au moins le mérite de nous divertir, vides de raisons de fanfaronner, vides de bon sens tout simplement ? Avides de vengeance, nulles basses besognes ne les rebutent. Pas la moindre répugnance à se vautrer dans la fange, jamais. On nous bave des histoires de « calife » sorties tout droit d’esprit dérangé anxieux et fort incertain de ses propres facultés pour faire preuve de telle paranoïa. De là à envisager une reprise des rênes de la commune par autrui n’est pour l’heure, que pure conjecture. Le pouvoir de gangrené le noyau dur en ne s’entourant que d’incapables incompétents en toute chose sauf à tricoter leur propre nid douillet, n’est l’apanage que d’un seul homme. Il serait donc difficile de faire pire en matière de gouvernance. Cette contre-propagande ne sera qu’une contre-performance supplémentaire qui ne trompera que ceux qui, aveuglés par les écailles qui obstruent leur vision, se laissent berner par des sornettes. En conséquence de quoi, les autres sauront choisir le bulletin le plus adéquat à déposer dans l’urne…

*Pour les incultes, cf. Google

Henri de la T.A.

Mise au point…

Dans un de ses derniers exercices de dénigrement, le site préféré de ceux qui gobent tout sans jamais se poser de questions, réécrit l’histoire de la vidéoprotection et la télé-alerte à Lorgues.
Voici ce que var matin publiait le 23 août 2010 concernant la télé-alerte avec laquelle la municipalité vous informe aujourd’hui sous forme de SMS et dont D.PERRIN est à l’origine. Pour les féaux de « lorguesMaintenant » qui, une fois de plus tordent le cou allègrement à la vérité, mentir est un exercice dans lequel ils pensent exceller.
Faut-il rappeler que M. PERRIN s’est affranchi de cette gestion calamiteuse de notre commune depuis de nombreux mois. Venir aujourd’hui prétendre au deuxième semestre 2013 (!!) que lui, qui s’était déjà soucié de faire lancer le marché de la vidéoprotection, est fautif dans les retards pris dans sa mise en place laisse plus que songeur. Cela prend une saveur toute particulière lorsque l’on sait que, attaquée au Tribunal Administratif du fait d’un cafouillage interne, la Mairie a du faire annuler le marché de la vidéoprotection et le relancer faisant perdre ainsi pratiquement un an de plus à cette réalisation.
Le ridicule devrait conduire tous ces bonimenteurs à se taire, mais ceci est un voeu qui ne réalisera sans doute pas, tout comme celui formulé par le Père Menjot. Ainsi que de nombreux Lorguais attachés à leur patrimoine, le curé de notre paroisse voudrait bien avoir enfin une réponse quant à la date de réalisation des travaux nécessaires et suffisants à la réouverture au public de notre Collégiale, indépendamment bien sûr de ceux qui concernent la toiture de ce même édifice.
Mais il s’agît là aussi de « travaux », et peut-être reprochera-t-on d’ici quelque temps à M. PERRIN de ne pas s’en être occupé alors que ses délégations, précisons-le, ne concernaient en rien le domaine « travaux ».

lorguesnet.fr

« LORGUES INFOS » Ou le bulletin municipal en question

Au fur et à mesure que s’écoule la mandature municipale actuelle, des pages de cette publication a disparu un trombinoscope de conseillers (de la majorité). Dans les premiers numéros nous pouvions encore mettre un visage sur les élus responsables, mais les mises au placard, les démissions, les disgrâces successives les ont fait disparaître au fil des numéros, pour ne laisser la place qu’au seul, vrai, unique inspirateur de la motricité politico-économique lorguaise. Il est tellement présent que même les écrits dithyrambiques concernant la STEP font l’éloge de ce visionnaire  écolophysicochimiste.

Mais sur la Collégiale …..Rien.
Et pourtant ce dimanche soir encore, à 20 H.00, sur le parvis, on pouvait voir le Curé assis et priant. En voyant cet homme, que l’on soit croyant ou athée, on ne peut s’empêcher d’admirer son courage et sa détermination, pendant que déambulent quelques touristes désœuvrés.

Sans doute que pour compenser la désillusion de ces vacanciers devant les portes closes de la Collégiale, la municipalité devrait afficher sur celles-ci sa proposition de visites guidées de la station d’épuration ( Cf page 7 de LORGUES INFOS), quel programme pour les amoureux d’histoires patrimoniales, déjà que dans le précédent numéro de Vivre à Lorgues, 3 pages de M. Frédéric Tendille , le délégué UMP du canton , nous instruisaient sur la STEP..Que d’énergie dépensée, que de persévérance pour vanter cette réalisation la plus grandiose jamais réalisée à Lorgues…

Anatole Taquin.

Maire Adjoint…

Le nombre de conseillers à l’origine de la majorité municipale s’est étiolé au fil du temps. Des Maires Adjoints et Conseillers délégués qu’avait choisis le maire sans doute avec l’espoir de les voir et savoir à sa botte, s’étant opposés à certaines décisions, se sont retrouvés accusés du crime de lèse-majesté.
Le seul qui n’ait pas rendu sa délégation à ce jour, est celui chargé des finances …Ce dernier ayant contesté les méthodes de gestion, s’est vu reprocher son attitude par celui qui souhaitait sans doute prendre les finances à son propre compte et pouvoir ainsi contrer son adjoint et ses méthodes plus rigoureuses et objectives… mais moins électoralistes.
En conclusion, on ne peut penser que ce soit uniquement un problème de choix budgétaire qui soit à l’origine de l’attitude du maire. Il s’agit plus d’un problème de fonctionnement assorti d’un sentiment égocentrique de la part de celui qui pense que tout ce qui n’est pas de son avis est automatiquement classé dans la case traîtrise.
Pourquoi le maire, par ailleurs toujours prompt à parler de courage, n’a-t-il pas tout simplement retiré la délégation de son adjoint au lieu de le vilipender en Conseil Municipal ? Un de plus en moins ferait-il mauvais genre auprès des instances préfectorales? Aurait-il à ce point un scrupule apriorique ? Une telle décision arbitraire ferait-elle tache sur le C.V. d’un futur candidat à sa propre réélection ?
Il est vrai que laisser démissionner un élu est tout à l’avantage de celui qui peut ensuite le critiquer en ergotant : « c’est pas moi c’est lui… »

lorguesnet.fr