Un week-end lorguais…

Samedi 25 Mai, inauguration de la station d’épuration (dite STEP).
Face à cette réalisation d’importance, nous restons dubitatifs lorsque le maire affirme mordicus que les emprunts réalisés par la commune à hauteur de 3,5 Millions d’Euros n’affecteront en rien le budget communal… Selon lui en effet,« cela ne coutera rien aux contribuables » comme si toutes les familles raccordées au réseau d’assainissement n’étaient pas des contribuables !!! Comprenne qui pourra, mais une fois de plus force est de constater que pour tromper son monde, on est prêt à se servir des arguments les plus contestables.
Pour toute réalisation nouvelle l’impact financier finit toujours par retomber sur le contribuable, les temps qui courent nous en apportent la preuve chaque jour. C’est pour cette raison que nous aurions aimé avoir une estimation des frais de fonctionnement en consommation d’énergie électrique, des remboursements d’emprunts, ainsi que le coût du travail en régie qui seront imputés aux utilisateurs… La question du coût de fonctionnement de ces nouvelles installations lui a d’ailleurs été posée lors du dernier Conseil Municipal et notre premier édile a alors avoué n’en avoir aucune idée !!!!! Voilà une réponse pour le moins atterrante pour quelqu’un qui se prétend gestionnaire d’exception.

Dimanche 26 Mai, les lorguais même si un car était mis à leur disposition, étaient beaucoup moins nombreux pour assister au 69eme Mémorial Day au cimetière américain de Draguignan.
Lors du dépôt des gerbes honorant les combattants Américains morts sur notre sol, tous ont pu se rendre compte que Lorgues était une des rares, parmi les communes environnantes, à briller par l’absence totale d’une représentation officielle.

lorguesnet.fr

Pastiche…

Gaspard de Besse *

…Gaspard arrive à Lorgues. C’est alors qu’un homme à l’attitude particulièrement agressive et poursuivant un Conseiller Municipal lui barre le chemin….Gaspard vole au secours du Conseiller Municipal. Il apprend alors que depuis plusieurs années, l’esprit du mal a envahi Lorgues. Intrigué il se dirige vers le village, effectivement une vague de folie s’est emparée des rues  Lorguaises ! Gaspard et les électeurs possèderont-ils la potion permettant de sortir les Lorguais des maléfices qui les frappent ?

* D’après les 7 vertus, album n°13 de Behem, (éditions Un Autre Regard.Prestance.)

Un fan de B.D.!

 

 

B.D.

S’il est vrai qu’un compte rendu de conseil municipal n’est pas chose aisée, on peut toutefois se poser la question : « pourquoi ce journaliste ne cite-t-il que ce qu’il veut bien entendre ? »                                                                                                                           En effet :                                                                                                                                    • N’a-t-il pas entendu le maire critiquer la Justice qui ne lui a pas été favorable alors qu’il avait porté plainte en diffamation contre un Conseiller Municipal ?                                         • N’a-t-il pas entendu Mme Auguin dire qu’il manquait une phrase dans une proposition de vote, ce qui pouvait expliquer l’incompréhension du texte par  des Conseillers qui se demandaient d’ailleurs pourquoi le Maire lui-même, contredisait alors sa propre adjointe ?   • N’a-t-il pas entendu M. Khatchikian être accusé d’avoir envoyé pour signature des pouvoirs en blanc, à l’en-tête de la mairie, et autres SMS à une Conseillère Municipale ?     • N’a-t-il pas entendu le Maire déclarer vouloir faire expulser M. Fito alors qu’à l’égard des Conseillers, le maire n’a pas, en règle générale, à exercer sa compétence en matière de police définie dans l’article L. 2121-16 (art. L. 3121-12, L. 4132-10) dès lors qu’il dispose de prérogatives spécifiques en sa qualité de président de séance (art. L. 2121-14 du Code Général des Collectivités Territoriales ). Cette interprétation repose sur l’analyse de l’article L. 2121-16 du même C.G.C.T. et de l’emploi du terme « auditoire » dont, par définition, ne font évidemment pas partie les conseillers siégeant.                                                           On pourrait rajouter à cela le fait de ne citer que les interventions de Conseillers de l’opposition en omettant expressément celles d’un Adjoint au Maire qui s’est affranchi, lui, des diktats du Premier Magistrat !

S’il est vrai que le travail de « pisse-copie » (*) est ingrat, ne pas se contenter d’un recto  en présentant aussi le verso ne serait-il pas plus académique et surtout, sur le plan déontologique, plus respectable?

*Nom familièrement donné à un journaliste payé à la pige.

Xénophobie

Sur le site Lorguesmaintenant dont l’intitulé est à l’origine propriété de Mme Vignal adjointe du maire, on peut lire un commentaire xénophobe à l’encontre d’une Conseillère Municipale allant jusqu’à assimiler son ruban dans les cheveux à un voile islamique !!! Cette ineptie de bas étage jouxte un soutien sans faille de M.Denicourt qui déclare : Mes associations et moi même SOUTENONS à fond CLAUDE ALEMAGNA.                 l’UFAC locale dont le président est M.Denicourt s’était déjà rendu célèbre :
Un site intitulé Lorgues: la xénophobie étalée, s’en est fait l’écho :  » C’était à Lorgues, le samedi 4 septembre 2010, à l’occasion de la journée des associations. Entre des stands vantant les joies du sport et de la musique ou les charmes des promenades provençales, des membres de l’UFAC (Union Française des Anciens Combattants) vendaient des tee-shirts exposant en toute quiétude une infecte xénophobie. Le maire de la bourgade, passant par là et que visiblement le slogan ne choquait guère, discuta aimablement avec les vendeurs, tandis qu’un mannequin virevoltait autour du groupe, l’odieux message étalé sur la bedaine. »

 

 

Interrogé, M.Alain Couperie, président national de l’ANT TRN déclara : je ne cautionne pas cette chose et ne tolère pas qu’on associe notre logo national avec des idées personnelles cette initiative de création n’est pas une directive du siège national.

Rappelons  que la municipalité de Lorgues offre généreusement le vin d’honneur lors de l’assemblée générale de cette association à la salle des fêtes F.Mitterrand. Ceci explique peut-être cela.

lorguesnet.fr

 

 

 

Quand la mauvaise foi est érigée en dogme

« Elle devient communicative.C’est une sorte de maladie contagieuse au même titre que la peste et le choléra. »                                                                                                            Ceux là qui naguère encore n’avaient pas le vocabulaire assez riche pour traduire leurs sentiments : accabler et vilipender le premier magistrat, ont gaillardement retourné leur veste sans autre état d’âme, aux seules fins de se faire une place au soleil. Aujourd’hui, d’aucuns (il est ici fait, entre autre, allusion au bouncer*) après avoir sournoisement tiré dans le dos de leurs petits camarades de promotion pour en prendre fonction et position afférente, se croient investis du pouvoir supérieur de redresseurs de torts.                Grands donneurs de leçons devant l’éternel, ils brandissent l’étendard de la bonne conscience et la main sur le cœur, clament urbi et orbi que les écailles leur étant tombées des yeux : leur devoir est de prêcher courage et exemple, tout en jetant l’opprobre, ce comportement devant les grandir et pallier leurs innombrables et profondes lacunes en tous domaines.
Parangons de vertu, pour un peu ils imposeraient les mains pour guérir les écrouelles des pauvres pécheurs, tant leur foi en leur divin maître est grande et sans faille. Chaque fois, les sempiternels termes de « lâcheté, trahison, déloyauté, indignité » à l’encontre de ceux qui ont eu l’audace de ne pas suivre le maire dans son délire financier, volent dans l’air confiné et malsain du centre Culturel.
A contrario, la facilité n’était-elle pas de suivre le mouvement à l’aveugle, sans étude sérieuse de la situation, sans même envisager d’autres solutions, sans aucun sens critique ? Ce doit être une question d’optique ! Et si les finances de la cité sont telles qu’elles le sont aujourd’hui, n’est-ce pas en parti grâce à cette attitude ? Mais qui aurait ce fameux « courage » pour le reconnaitre ? Il est des évidences qu’il est plus confortable de nier
Hélas, il ne suffit pas d’avoir le verbe haut, le timbre puissant chargé de menace et d’agressivité, même avec un accent à la « dur authentique  » auquel t’accrocherais ton chapeau pour faire un Meneur d’ Hommes ! Ce cannibale là n’agit que dans le but de livrer ses opposants à la vindicte populaire.
Gagné d’une longueur de nez sur son adversaire, le siège qu’il occupe lui est monté à la tête et trop imbu de sa supériorité, personnifiant la science infuse (mais confuse), il ne peut avoir de doute, encore moins se tromper. Le « Bon Pasteur », le « Sage », sûr de lui et déterminé dans le bien fondé de sa politique, aurait pris ses « pauvres brebis égarées » autour de lui et les aurait convaincues de leur erreur.
Impossible d’exiger n’importe quoi de n’importe qui : il est de notoriété publique que la formation de ce « responsable » n’est pas issue du Quai d’Orsay, en conséquence, il ne faut pas s’attendre à ce que le caractère chagrin face preuve de subtile diplomatie. Un peu de bon sens suffirait à calmer le jeu. Et pour un homme intelligent il serait aisé de faire régner le calme même si les avis divergent, il saurait en débattre l’esprit ouvert, dégagé de toute malveillance systématique.

Lao-Tseu dit : « Celui qui sait s’arrêter ne périclite jamais ».

* Le bouncer est un manchot qui s’occupe de la sécurité au saloon et qui a trouvé protection auprès d’El Diablo, son employeur.

lorguesnet.fr

8 mai 1945

Cérémonie durant laquelle M.le Maire, dans son discours par une liaison « maltapropos » a évoqué les « Zhéros »

Sur le site Lorgues Maintenant, dans la continuité du Canard Lorguais,( le site de M.Alemagna). on peut lire le commentaire d’un certain Gerard P. (admirez le courage !!!) une diatribe dirigée contre M.Perrot, Chevalier de la Légion d’Honneur et Président de l’UNC locale.
Si ce M. Gérard P…est réellement un ancien du 13eme RDP cela n’est pas fort de sa part d’avoir oublié la dernière phrase du chant de son régiment:

« SILENCE ET DISCRETION C’EST NOTRE BUT. »

A.Faquin

Un petit nuage sur le soleil ?

Var matin nous informe: le Conseiller municipal M.André Fito a été relaxé par le tribunal correctionnel de Draguignan des poursuites lancées contre lui par le maire M.Claude Alemagna.

Vous vous en souvenez peut-être, lors du dernier Conseil Municipal, notre cher maire avait donné rendez-vous à M.Fito devant le juge pour diffamation et autres. En cause, les termes « manières mafieuses » employés par ce dernier à l’encontre du premier magistrat.

Lors du jugement, M. Alemagna était lui même absent bien qu’il ait annoncé avoir porté l’affaire devant la justice à titre personnel et à ses frais…

Les échanges verbaux durant les conseils municipaux ont donc donné lieu comme il se devait, à des poursuites judiciaires, uniquement dans le but de définir qui était « Le CHEF » et entendait être reconnu comme tel.
Hélas, le plaignant débouté, le « prévenu » fut relaxé !
Dommage pour l’accusateur, le contraire aurait été plus jubilatoire et le prestige plus éclatant !!!

lorguesnet.fr

Vie locale

Nous nous sommes laisser dire par la rumeur que notre dévoué Agent du Trésor avait quitté le village, pour exercer son entreprise sous d’autres cieux…
A-t-il tant démérité, pour qu’on l’ait laissé partir sans au revoir, ni merci officiel ?
Il est pour le moins surprenant, que même si le Chef du village avait des raisons personnelles pour agir de la sorte, le laissant déménager en catimini, il y ait eu dans son entourage immédiat un tel défaut de savoir vivre général pour lui souffler que le procéder était inélégant…
Ce manque de civilité nous fait tous passer, à notre corps défendant, pour de sinistres goujats et de bien grossiers contribuables !
Décidemment, il y a de moins en moins de fierté à être Lorguais…
Ayons au moins la courtoisie de souhaiter la bienvenue à sa remplaçante.

lorguesnet.fr