Conseil municipal…retour.

Moi aussi j’ai assisté à ce dernier conseil, ou plutôt à ce mauvais spectacle burlesque d’avant garde avec effets de manches et vociférations grossières.
Bien sur, comme beaucoup j’ai été grandement choqué par la tenue d’une partie du public qui légalement se doit de rester coi. Qu’il soit lorguais ou inuit ou n’importe quoi, il n’y a que des voyous pour réagir et se tenir ainsi…
Les manifestations intempestives étaient de toutes évidences favorables au maire. C’est pour cela qu’elles sont tolérées car si cela avait été le contraire, il y a longtemps que la salle aurait été évacuée avec pertes et fracas !
Je n’ai jamais vu telles attitudes ailleurs. C’est une situation inique.
Il faut croire que nous avons la politique et les dirigeants qu’on mérite…
Ce manque de respect élémentaire pour les représentants de la cité en est l’exemple le plus frappant.
Et les auditeurs imitent le comportement du chef de file, qui en profite et se repaît de tant de complaisance.

Mais il y a bien pire encore et personne ne semble vouloir (ou n’ose ?) relever le discours prononcé d’emblée à l’ouverture de cette horrible séance : une logorrhée acerbe, vindicative prononcée d’une voix tremblante d’agressivité avec le regard sombre, menaçant, halluciné par le ressentiment. L’animosité est pathologique.
Le comble de l’inacceptable a été atteint lorsque l’attaque a visé directement une Conseillère Municipale en instance de procédure judiciaire d’appel.
Pas encore jugée définitivement, elle est donc toujours présumée innocente.
Les termes ont été si violents et cruels que la fille de l’interpellée présente dans la salle pleurait à chaudes larmes.
Sa mère a du quitter la séance et sortir avec elle, sous les sarcasmes, les huées et les rires sadiques du même public !
La séance à continué comme si de rien n’était… sans plus d’émoi du coté de l’édile.

Décidément, rien ne changera jamais : les jeux d’arènes et l’attraction du bucher moyenâgeux font toujours recette auprès de ceux qu’on pourrait qualifier de débiles profonds !

Il ne serait pas impossible d’envisager que cet océan de telle vilénie ne soit déversé que pour faire diversion ….
La déclaration était intentionnellement si péremptoire et le ton insistant – comme pour convaincre ceux qui douteraient encore de l’origine des faits reprochés – que cela pourrait éveiller la suspicion.
L’avenir nous dira où est la vérité…

Je vois que sur certains sites locaux, des auteurs sont anonymes quand ils ne signent pas d’initiales… ce doit être par peur des représailles ? Si c’est si dangereux, je fais courageusement pareil !

Anatole FAQUIN

 

Majorité… la petite cuisine

Au tout début de cette si brillante mandature, son chef a instauré la règle suivante :
Afin que les contribuables présents aux conseils municipaux puissent être édifiés sur l’homogénéité de l’équipe élue – exclusivement représentée par les membres de la majorité – il fut donc instauré le principe intangible de la tenue d’une réunion dite de « majorité » quelques jours avant les dits conseils.
C’est à peu prés la seule réunion qui réunit ces gens là.
Son but est d’exposer en primeur ce qui va l’être devant les éventuels électeurs : décisions, projets, réformes etc… et que sur place, le tout soit voté à l’unanimité, d’une façon lisse et sans soubresaut d’aucune sorte donnant ainsi la sempiternelle illusion d’une harmonieuse unité.
L’idée initiale étant que si les sujets présentés demandaient explications voire discussions, cela se fasse en privé, en petit comité.
C’était sans compter avec les pauvres bougres présents entourant le Saint Esprit baignant dans son halo de luminescence… qui soit par incompréhension, soit par désintérêt ou encore par véritable « je-m’en-foutisme », ne sont jamais effleurés par l’idée de s’enquérir d’une explication ou d’une précision ! Le fait qu’ils découvrent tous, ce soir là les sujets proposés ne leur permet bien évidemment pas de s’informer par avance.
Ce qui est déclaré en bout de table, étant parole d’évangile, personne ne songerait à épiloguer ou même broncher sur les propos tenus.
En conséquence tous les sujets exposés sont approuvés à l’unanimité une première fois sans autre forme de procès et le sont encore une deuxième lors de la présentation officielle.
D’où notre suggestion : d’aucune utilité, cette première réunion « préparatoire » pourrait avantageusement être supprimée. Les consignes seraient alors transmises par Email ou courrier permettant ainsi un gain de temps considérable?
S’il se trouvait quelqu’un pouvant répondre à cette suggestion, cette tribune est la sienne : qu’il s’exprime.

lorguesnet.fr

Conseil municipal…RAS!..

Normal : En réponse à certaines questions, répartie très bruyante d’arguments hors de propos, de la plus mauvaise foi du monde, voire même illégaux (cf. les propos tenus gratuitement par l’édile concernant un membre du conseil dont le procès est en appel), allégations ridiculement stupides (nombres d’habitants dans la quartier du plan) et déclarations éternelles d’autosatisfaction ponctuées de vociférations outragées.
Étalage de candeur, attestations de fiabilité, néanmoins rage au ventre manifeste, comment se convaincre qu’il s’agit là d’adultes raisonnables ? Le plus souvent les propos tenus pourraient l’être dans une cour d’école maternelle : « c’est sui qui dit quiest »
N’omettons pas d’évoquer ici la poignée de séides du maire, toujours présente et indispensable pour faire sa claque et éructer le cas échéant.
Une autre constante cependant est généreusement servie par tout le monde et fait enfin l’unanimité : les Lorguais !
Ces pauvres diables de contribuables électeurs qui sont pris tour à tour par les uns et les autres, selon le débat, comme témoins ou otages.
On peut légitimement se poser la question : mais où sont-ils donc les autres, tous les autres, ceux qui ne sont pas dans la salle du centre culturel les soirs de conseil ? Les obscurs, les sans grade, ceux qui servent de bouc émissaire et permettent que l’on profère de fausses vérités en leur nom puisqu’ils sont à 100 lieues de connaître ce qu’il se passe dans l’enceinte de l’hôtel de ville et son pourtour !
Amusant ? Pathétique ? C’est selon…
De toute évidence pas très sérieux !

lorguesnet.fr

Visite du chantier de la nouvelle station d’épuration

Invitation avait été lancée pour la visite du chantier de cette réalisation indispensable et que nous appelons tous de nos vœux.
Certains avaient cru bon de diffuser l’information car le libellé de l’invitation ne laissait absolument pas supposer qu’elle ne s’adressait qu’à un public restreint et choisi, en l’occurrence les élus et certains employés communaux.

Découvrant donc, dans l’assistance en début d’exposé, deux personnes qu’il considère comme des éléments perturbateurs, on se rendit rapidement compte que notre édile n’entendait pas tolérer leur présence.

Malgré le fait qu’il s’agisse de deux contribuables lorguais, ignorant superbement le fait que leur passé professionnel respectif les qualifiait tout particulièrement pour être là, il signifia donc à ces « personæ non gratæ » sur un ton on ne peut plus péremptoire, que le chantier leur était interdit car réservé, pour des problèmes d’assurance, aux personnels sus nommés.

Mais alors,  comment expliquer la présence d’au moins deux autres personnes qui ne font parti ni du Conseil Municipal, ni ne sont employés communaux. Seule référence et donc qualification, vraisemblablement leur indéfectible dévouement au Maire.

Puisque nous parlons sécurité et assurance, nous préciserons aussi que tout ce petit monde n’était absolument pas équipé du minimum en la matière, c’est à dire d’un casque de protection ????

lorguesnet

Conseil Municipal et PLU

Pour stigmatiser les élus qui ont quitté le dernier Conseil Municipal, le maire a pris pour argument le vote concernant le Plan Local d’Urbanisme.
La mise en place d’un PLU est issu de la loi SRU qui date de l’an 2000. L’opposition demandait déjà sur son site, en décembre 2010 son étude comme cela était prévu dans les programmes des deux listes municipales de 2008, mais le risque de pouvoir mécontenter certains électeurs a freiné jusqu’à ce jour cette obligation.
D’ailleurs, M. Alemagna lui-même ne souhait-il pas attendre une nouvelle mandature pour mettre en place cette obligation ?
Après 4 Ans d’inaction en la matière il prétend que 5 jours de plus changent la face du monde, de qui se moque-t-on ?

lorguesnet

Conseil Municipal 13 sept. 2012 Communiqué

Le compte-rendu du précédent Conseil Municipal ( du 15 juin) qui doit être approuvé par un vote en début de séance ne correspondait pas hier soir, une fois de plus, à la véracité des débats et des diverses interventions. Le Maire semblant tout d’abord accepter les modifications proposées, persistait cependant à vouloir faire voter le texte en l’état. Devant son refus de surseoir au vote en attendant la réécriture du texte, des conseillers municipaux ont donc quitté la séance, entraînant de fait la fin du dit Conseil Municipal par absence de quorum.
Monsieur Alemagna accuse les élus qui n’approuvent pas sa politique monolithique d’être des procéduriers.
Confronté à un recours devant le Tribunal Administratif en ce qui concerne les pouvoirs, il s’est enfin résolu, hier soir, à respecter les textes en vigueur. Ceci prouve bien que, pour éviter à la commune conflits et frais de procédures, il lui suffirait simplement de se conformer à la loi.

lorguesnet.fr

Chemin de St.Louis

Rappelons qu’en 2006, un propriétaire avait fermé un chemin communal traversant sa propriété. La justice le condamne aujourd’hui en imposant la remise en l’état initial du dit chemin.( Var matin du 31 aout 2012)
Le dénouement légal et heureux de cette affaire est tout à fait satisfaisant pour les riverains comme pour la commune.
Laissons donc à LorguesMaintenant, « site du mairie », le soin d’estimer que l’épisode du chemin St. Louis est conforme aux méthodes employées par le précédant maire. Mais opposer et glorifier avec tant de mauvaise foi le « comportement exemplaire » du présent maire en ce qui concerne le respect des règlements d’urbanisme laisse pantois…
Il ne s’agit pas de se contenter de dénoncer des « volets roulants illicites » si aucune action n’est entreprise pour faire respecter les textes en vigueur ou encore fermer les yeux sur certaines transgressions au règlement d’urbanisme ! (Faut-il considérer que le laxisme, attitude confortable, peut rapporter gros en bénéfice électoral?)
Alors, finalement, le vrai changement c’est pour quand ?

Lorguesnet.fr