Conseil Municipal du 30 mars

Comme les précédents en d’autres lieux, il s’agît d’inspirer le renouveau et donc de remédier à quantité d’erreurs.

Il était, pour cela, indispensable de créer une tribune pour rendre public nombre de « détails » que l’on a jusque-là, transformés voire dissimulés.
Nous adressant à des citoyens dignes de respect, il n’est pas dans nos intentions non plus de discréditer qui que ce soit car seule l’objectivité nous guide.

Notre but est d’assainir la gestion de la commune et les relations humaines en particulier.
Nous entendons bien supprimer le favoritisme, les injustices et les « dérapages incontrôlés ».

Si 3 adjoints et 11 conseillers se sont vus contraints de réagir contre la politique menée à Lorgues, ce n’est certes pas sans raisons graves.
Devant ce qu’ils ne pouvaient plus occulter, il était de leur devoir de cesser d’être complices du manque de rigueur dans la gestion financière de la commune et des contrevérités assenées depuis trop longtemps afin de s’assurer, le temps venu, une glorieuse réélection. Cautionner tout cela en toute conscience était devenu impensable.

Longtemps nous avons pensé qu’il fallait faire confiance à notre mentor et lui rester « fidèle » dans l’espoir qu’il recouvrirait la sagesse nécessaire et que nous pourrions l’y aider.
Cependant, il ne souffre aucune contradiction et ses décisions ont force de loi.
Il demeure ainsi sourd à toutes les suggestions de son Conseil qui vont à l’encontre de ses vues, Conseil qui doit alors se satisfaire de n’être plus qu’une simple chambre d’enregistrement.
Comment peut-on concilier cette façon d’agir avec une démocratie digne de ce nom.
Certains, certes, sont demeurés dans les bonnes grâces. Ce sont tous ceux dont la « fidélité » ne peut jamais être prise en défaut et qui, par manque de réflexion et de lucidité peut-être, sont toujours en accord.

C’est donc par la force des choses que certains conseillers municipaux sont devenus des « dissidents ».

ON LES A ABUSES !

Comment réagir autrement devant une situation politique que nous ne maitrisons plus ? Comment ne pas la désavouer ? Elle nous échappe totalement. Il est impossible d’avaliser et de couvrir des agissements contraires à notre éthique et aux engagements que nous avons pris au départ devant les électeurs.

Nous nous servirons donc de cette opportunité pour rendre publiques ces dérives afin que nul ne les ignore.

Nous n’en voulons pour preuve que le budget 2012 qu’on nous a demandé d’avaliser malgré une analyse plus qu’alarmante.
Sur certains postes, une étude en pourcentage, établit déjà que ce qui a été engagé par la commune depuis le premier janvier jusqu’à mi-mars et par conséquent ce qui reste de fonds disponibles pour couvrir les dépenses jusqu’au 31 décembre prochain, ne peut que conduire à une impasse.

Malgré les promesses, un budget supplémentaire sera incontournable.
Pour ne pas essuyer un autre véto, il n’y aura d’autres choix que de reporter les dépenses de cet exercice sur le prochain, comme il vient d’être fait pour le précédent.

Mais après ?

Dans ces conditions, l’inquiétude n’a pu que prendre le pas sur une discipline dite de groupe.

Il ne s’agît en aucun cas d’un budget réalisé par un bon gestionnaire, mais de la tentative, par le biais de certaines baisses non significatives, de réussir à le faire accepter.
Aucune étude réfléchie par poste, on se contente de suppressions sans appréciation des conséquences possibles.

Nous reviendrons sur des faits et des situations totalement inconnus des administrés.

En livrant tout cela à votre méditation, nous vous laisserons seuls juges.

Le printemps de Lorgues

Il est devenu indispensable de créer une tribune pour rendre public ce qui est systématiquement dissimulé tout en essayant de faire preuve de la plus grande objectivité. Le simple projet de relater les faits tels qu’ils sont et non uniquement ceux propres à servir une cause est un de nos buts premiers.

Nous adressant à des citoyens dignes de respect, il n’est pas dans nos intentions non plus de discréditer qui que ce soit nous démarquant ainsi de ce qui fleurit aujourd’hui dans l’information locale. Notre but est aussi d’assainir les relations humaines en évacuant les tensions, notre ambition étant de nous affranchir des excès de tout bord.

Nous demeurons persuadés qu’il n’est pas utopique de croire encore que tout n’est pas pourri dans les royaumes et qu’avec sincérité et loyauté la probité paye.

En vous livrant ainsi, régulièrement le fruit de nos réflexions et autres explications, nous vous en laisserons seul juge, en espérant ainsi supprimer le favoritisme, les injustices et les « dérapages incontrôlés »