Conseil municipal,suite et fin…

Nous traiterons donc ici de la fin de ce conseil. La suite de la soirée fut consacrée, ainsi que nous l’avons dit, aux élections de représentants de cette assemblée à de nombreuses instances, ou associations.
Elle fut simplement émaillée de commentaires parfois moins que qualifiés du Maire en direction de M. Formé. Visiblement que ce dernier détaille ainsi publiquement le montant des indemnités perçues par l’édile constituait un affront impensable. On se demande bien pourquoi, car il s’agît là de chiffres que chacun peut trouver sur différents sites Internet très officiels !
Nous citerons une remarque que le Maire fit au moment du vote du point N°8, l’élection de représentants du CM à l’EHPAD public bien connu, Saint-François. M. Formé, n’approuvant sans doute pas les conseillers municipaux proposés votait contre leur élection. On put alors entendre, prononcés par le premier magistrat à l’intention de sa première adjointe, ces mots « Il n’aime pas les personnes âgées » !!! Nous ne formulerons pas d’autres commentaires sur le sujet…

On peut se demander quelle peut bien être l’utilité de la lecture intégrale de textes très longs, précédant un vote. En effet, les conseillers municipaux les reçoivent tous pour étude avant conseil et on aurait pu se contenter d’en faire une synthèse claire et de demander ensuite si certains d’entre eux avaient une remarque ou question à formuler à ce sujet. Cette malheureuse façon de procéder n’apporte rien au débat, mais perdure malgré tout au troisième mandat! Là ne se limitent pas les manières de planifier, d’agir, qui ne relèvent pas d’une gestion rigoureuse de la commune. On ne peut parler de prévision du budget par exemple puisqu’on ne présente celui à venir qu’alors que l’année en cours est plus que sérieusement entamée. Par là, le CM donne son accord non pas pour des dépenses prévisionnelles, mais déjà effectuées !!!. Cette année, du fait de la pandémie, cela ne pourra au mieux se faire que lors du prochain conseil prévu mi-juillet

.La soirée continua ensuite de se dérouler sans trop de heurts sauf lorsqu’il fut question de voter l’exonération des droits de voirie pour les terrasses. L’opposition Mme. Coline Houssays (Groupe Lorgues nouvelle génération – R.N.) et M. Formé (L.E.P.) se félicitaient de cette heureuse initiative, mais M. Formé en profitait pour faire alors remarquer à M. Alemagna que devant présenter au Conseil Municipal ses décisions en la matière, il ne pouvait donc pas employer un « j’ai décidé » dans ses déclarations à la presse (Var Matin) puisque le CM n’avait pas encore approuvé cette exonération !!! Ce fut une fois de plus l’occasion pour celui qui ne supporte aucune critique de se lancer dans des déclarations très fantaisistes, tentant aussi de reprocher à M. Formé son absence lors de la distribution de masques allait même, on se demande bien pour quelle raison, parler de sa propre méconnaissance du nombre de malades atteints du COVID 19 dans la commune à cette époque ????
En l’absence de toute communication ou information en provenance de la Mairie il était bien évidemment impossible aux élus d’accéder à des demandes non formulées, soulignait en réponse son opposant. Il ajoutait même que le Maire n’avait pas respecté, lui, la loi d’urgence du 22 mars 2020 contrairement à l’agglomération Dracénie Provence Verdon (ex C.A.D.) qui s’en était bien acquittée, elle. Citons un extrait de cette loi : « La loi d’urgence instaure également un mécanisme d’information à l’attention des élus du 1er tour dont l’entrée en fonction est différée : ils seront destinataires de la copie de l’ensemble des décisions prises par le maire ».

Après avoir traité quelques autres points prévus à l’ordre du jour, le Maire, déclarait que le prochain conseil devrait avoir lieu vers la mi-juillet et levait alors la séance.

Compte-rendu du C.M. du 12 juin 2020

Deuxième Conseil Municipal de cette mandature qui se tenait, comme il se doit en cette période où certaines mesures de précaution doivent être prises, dans l’Espace François Mitterrand.

D’entrée en matière le Maire se déplaçait pour, sans même saluer la personne en question, intimer à un conseiller municipal d’opposition d’avoir à quitter la table du conseil. Explication de l’édile, les services municipaux « n’ayant pas reçu » (???) la démission de l’élue qui le précédait sur la liste de M. Formé, démission pourtant dite envoyée en temps et heure, impossible pour cette personne de siéger à cette assemblée. S’exécutant sans commentaire M. Favorel, c’est le nom de la personne dont il s’agît, allait donc prendre place dans les rangs plus que clairsemés des spectateurs.

On nous permettra une remarque quelque peu amère à ce sujet, aucun des anciens membres composant l’ancien conseil n’était présent parmi les quelques spectateurs. Il en va ainsi de la majorité de nos concitoyens, petits politiciens, avant leur élection on ne les voit jamais venir assister aux débats, pendant la mandature ils sont présents pour lever le bras sans se poser trop de questions et une fois celle-ci achevée, ils sont tellement persuadés de l’inutilité de ce qu’ils ont fait qu’ils ne jugent même pas utile de venir s’informer de la suite accordée aux affaires de la commune.

Le premier sujet de l’ordre du jour donnait déjà l’occasion au maire d’exprimer toute sa rancœur à l’encontre de M. Formé, tête de liste « Lorgues en Provence ». Il s’agissait des indemnités de fonction attribuées à divers élus, maire, adjoints et conseillers municipaux délégués. En effet, une majoration de 15 % de leur indemnité est accordée à ceux-ci si leur commune est chef lieu de canton. La controverse vient du fait que même les communes qui ne remplissent plus cette condition peuvent s’autoriser à continuer à verser ces 15 % !!! L’intensité rageuse et plus qu’inconvenante de la réponse du premier magistrat tient sans doute au fait que, dans sa remarque, M. Formé suggérait qu’avec un cumul d’indemnités de 7749,00 € ce dernier pourrait se passer de sa majoration de son indemnité de maire (environ:320,00 €) !
L’édile, ne pouvant sans doute pas imaginer que dispenser des cours, entraîne bien évidemment des préparations et autres corrections très chronophages, se permit alors d’apostropher cet élu d’opposition, professeur agrégé qui plus est, en lui reprochant entre autres le nombre d’heures que celui-ci est tenu de consacrer aux cours qu’il dispense. Perdant toute retenue il lui reprochait encore de participer à la formation des « Cadets de la Défense » en percevant pour cela quelques émoluments !!! Cette explosion laissait de marbre celui auquel toute cette diatribe s’adressait et après s’être épuisé dans un flot de paroles  qui se heurtaient à un mutisme  de l’intéressé, le maire dû se résoudre à se taire.

Nous traiterons de la suite de ce conseil municipal particulièrement long dans un prochain billet. Que nos lecteurs sachent simplement qu’eurent alors lieu des élections de représentants de cette assemblée dans de nombreuses instances. Le premier magistrat de la commune, proposant de s’affranchir de la réglementation en ne faisant voter qu’à main levée. Suite au refus de l’opposition « Lorgues en Provence » de se laisser entraîner à procéder ainsi, l’édile dû se résigner à ne pas le faire et donc respecter le vote à bulletin secret.

à suivre…

Conseil Municipal du 12 juin 2020

Lors des questions concernant les indemnités des élus, Mr Formé a évoqué la diminution du nombre de Cantons du Var qui avait valu à la commune de Lorgues de perdre son titre de chef lieu de canton au bénéfice de Vidauban. Mr Alemagna lui répondait alors : « vous faites erreur, le nombre des cantons n’a pas diminué mais augmenté »

La vérité est bien celle formulée par Mr.Formé, en effet la loi du 17mai 2003 et les décrets d’application publiés 20mars 2004 ont modifié la carte des cantons.
Depuis l’élection départementale de mars 2015, le nombre de cantons dans le Var a été réduit passant de 43 à 23 et le nombre des  conseillers est composé de 23 femmes et 23 hommes.

CQFD… Compte-rendu à suivre….

Election du maire…

Sans surprise Mr Alemagna a été élu maire comme les deux fois précédentes.
Son score de 75% des votants qui pourrait être considéré comme un véritable plébiscite doit être relativisé comme tenu de l’effet de la pandémie…
Pour mémoire :
En 2008 la liste Alemagna obtenait 2562 voix soit 39,25% des 6528 inscrits
En 2014 la liste Alemagna obtenait 2712 voix soit 37,60% des 7212 inscrits
En 2020 la liste Alemagna obtient   2396 voix soit 32,34% des 7409 inscrits

Si certains y voient la victoire éclatante de l’édile d’autres constatent une érosion de 200 voix par rapport à 2008 et cela malgré une augmentation de 900 électeurs inscrits.

Fort d’une majorité jamais atteinte de 26 élus, le maire peut donc en toute tranquillité gérer la commune comme bon lui semble durant les 6 prochaines années de son mandat.               Sans une réelle opposition et compte tenu des 55% d’abstention, on peut dire sans conteste que la démocratie est étymologiquement perdante.

 

Masques…

La distribution d’un masque par personne est organisée les 13,14 et 15 mai selon certaines dispositions explicitées sur le site de la mairie.Ces masques tissu, lavables et réutilisables sont livrés malheureusement sans notice explicative sur le  nombre de lavages possibles pour préserver leur efficacité.

les masques…

 Lorgues, le 9 mai 2020,

Sur le site de la mairie l’annonce de distribution gratuite de masques pour l’ensemble de la population lorguaise est annoncée depuis le milieu du mois avril.

Donc grâce à notre maire Mr. Alemagna, à partir du 11mai jour du déconfinement,notre sécurité va être renforcée…attendons la suite et la marche à suivre.

Un confinement…

Un extrait de « Ça c’est passé à Toulon & en Pays varois » de Tony MARMOTTANS et Jean RAMBAUD

Une épidémie de la peste se déclare à Toulon en septembre 1664.
Le parlement de Provence décide d’appliquer les règlements édictés en pareil cas depuis 1629.

La « serrade » c’est-à-dire l’isolement rigoureux de chaque famille dans sa maison avec défense d’en sortir sauf pour aller trois fois par semaine se ravitailler dans des entrepôts prévus par les Intendants à cet effet….Cette séquestration se poursuivit soixante jours, l’épidémie dura dix mois….
En apprenant cette situation, des Lorguais déléguèrent une députation pour proposer une assistance sans restriction. Ces braves s’appelaient : Esprit Laugier , Commandaire de Taradeau, Henri Chieusse et Georges Cassarin.

Même si l’épidémie à changer de nom, respectons le confinement.